Union SG 2 1 Bleid-Gaume

Les Saint-Gillois s’adjugent le 2e acte de ce derby bruxellois plutôt mièvre

FOREST “Ce n’est pas parce qu’on a gagné que le coaching de Tom De Cock était mauvais” , déclara, d’emblée, Giancarlo Oriolo, le T2 devenu T1 à l’Union. Une déclaration qui traduit bien le malaise qui règne depuis l’annonce non pas du licenciement mais de l’écartement de Tom De Cock jeudi dernier. “C’est toujours perturbant pour les joueurs d’avoir des solutions intérimaires comme celle actuellement. Nous nous sommes cherchés en première mi-temps par rapport aux longs ballons en direction des frères Tuta. À la reprise, il fallait agir, j’ai donc introduit Godfroid pour un 4-4-2 qui nous a souri, même si tout ne fut pas parfait.”

Effectivement, si l’avantage d’un but (de Haidara à l’affût après une talonnade de F. Tuta sur le piquet à la 26e) à la mi-temps de Bleid-Gaume était tout à fait logique tant les troupes d’Abdellatif Salef avaient laissé une meilleure impression, surfant, sans doute, sur la vague de leur succès de mercredi, l’Union reprit pied au plancher avec un attaquant de plus (Godfroid) aux côtés d’un Casagolda qui, grâce à ce soutien, put se mettre en évidence et peser sur la défense molenbeekoise.

Bleid-Gaume n’afficha plus la même aisance et concéda, en dix minutes, deux buts tout à fait évitables : sur un coup franc de De Castris, libre de tout marquage, Hoyois plaça un heading victorieux (50e), alors que Yalic commit une grosse bévue en dribblant dans son rectangle, et Bombele en profita pour placer un envoi que Hatefi renvoya, mais Cortelletti surgit pour donner l’avance aux Saint-Gillois. Un retournement de situation qui tenait du miracle. “Nous sommes retombés dans nos travers” , avouait Abdellatif Salef. “Si on avait gagné, on revenait bien dans le parcours…”



© La Dernière Heure 2012