Bruxelles

Les riverains se plaignent de nuisances. La police ne peut intervenir tant que le propriétaire du terrain n'introduit pas d'action en justice.

Un groupe de Roms a élu domicile dans un terrain privé situé sur l'avenue Jules Bordet, à Evere. Installés depuis plusieurs semaines, certains disposent désormais de maisonnettes en planches, indiquent nos confrères de La Capitale. Le groupe, constitué d'une dizaine de personnes, utilise la borne à incendie toute proche pour obtenir de l'eau.

Cette situation ne plait pas à certains riverains, qui se plaignent des nuisances : "Quand on voit la borne incendie, les détritus sur la voie publique, là, déjà il y a sujet sur lequel interpeller. J’ai contacté la police, d es voisins l’ont fait aussi, mais on nous répond 'On prend note et on communique'".

"On les voit se balader avec des matelas et toute sorte d’objet. Comme il y a beaucoup de chantiers dans les environs, l’approvisionnement ne représente aucune difficulté. Ils ont de quoi chauffer mais d’où vient le combustible ?", s'interroge un Everois, persuadé que le groupe de Roms ne va pas s'en aller de si tôt.

De son côté, la police ne peut intervenir tant que le propriétaire du terrain privé n'introduit pas d'action en justice. "Nous, on ne peut pas intervenir, il faut un jugement et là un huissier peut intervenir. On a contacté le propriétaire", explique le commissaire Roger De Beule, de la zone de police Bruxelles-Nord (Evere, Saint-Josse, Evere) à nos confrères. 

Pour rappel, ce terrain a déjà été occupé par un groupe de Roms l'année dernière. Suite à cette occupation, de hauts grillages ont été placés autour du terrain. Mais un endroit est resté accessible, permettant au nouveau groupe d'entrer sur le terrain.

"Ils n’ont rien à faire là. Il faut les aider, c’est une chose, mais dans un endroit autorisé, par sur un terrain privé", conclut le riverain qui entend écrire une lettre au bourgmestre faisant fonction de la commune, Christian Boeziere (PS).