Les militants ont empêché, pendant une heure, l'accès au bois via l'avenue Diane et ont exécuté une chorégraphie sur la musique "Stayin' Alive" des Bee Gees. L'identité des manifestants a été contrôlée, mais ceux-ci n'ont pas été privés de leur liberté, indique la police locale.

Cette action est la deuxième de la série "Reclaim the park" de XR. Le premier épisode s'était déroulé le 4 juin au même endroit.

Le mouvement entend ainsi maintenir la pression sur les décideurs politiques afin que ceux-ci ferment définitivement le parc au trafic automobile.

"Durant le confinement, le parc était un havre de paix pour bien des Bruxellois qui ne possèdent pas de jardin ou de terrasse en ville", argumente XR. "Cet espace public doit être fermé aux voitures à l'avenir, car elles occasionnent des situations dangereuses pour les piétons et les cyclistes. De plus, l'augmentation des espaces verts a un effet positif sur le bien-être et la santé de ses habitants, grâce à la diminution de la pollution d'air et des nuisances sonores et à l'augmentation des espaces dédiés à l'exercice physique, au repos et aux rencontres. Le Bois de la Cambre a donc une fonction écologique et sociale importante."

"La crise du covid-19 nous met face à l'évidence du caractère systémique des problèmes qui nous affligent", poursuit l'organisation. "Nous voyons comment les multiples crises (sanitaire, écologique, sociale, politique, culturelle et économique) partagent une même cause: un système économique, un mode de production et de consommation, une mobilité qui reposent sur l'exploitation des humains et de la planète, un mode de vie qui consomme les écosystèmes dont il dépend. En ce sens, le retour progressif à la circulation automobile dans le Bois de la Cambre est un symbole de ce retour à une situation toxique d'avant confinement."