Bruxelles Une action contre les violences policières s’est tenue cet après-midi à Bruxelles.

Les "police partout, justice nulle part" et autres "si t’es fier d’être policier, frappe ton collègue" ont résonné sur la place de l’Albertine ce lundi entre 17 h 30 et 19 h. Ce sont les gilets jaunes et Youth for Climate, avec diverses associations, qui ont organisé cette action "United against police violence" suite aux violences policières qui ont eu lieu à Bruxelles le samedi 12 octobre dernier à l’encontre d’Extinction Rebellion.

"Ce n’est pas juste que les flics utilisent leur pouvoir pour frapper les citoyens", explique une manifestante. "La mission des policiers est de protéger les citoyens et au final, ce sont eux qui menacent nos droits", acquiesce un autre. "Personnellement je suis très fâchée parce que l’action d’Extinction Rebellion était très calme et que les moyens totalement disproportionnés utilisés par la police n’avaient pas lieu d’être", renchérit sa voisine. Un peu plus loin, un manifestant présent sur la place des Palais le 12 octobre montre les marques que lui ont laissées les menottes et condamne "l’usage abusif du spray au poivre. La loi prévoit qu’ils ne peuvent l’utiliser qu’en cas de force majeure mais ils l’utilisent à tout va, en toute impunité".

Peu après 18 h, des membres du mouvement Youth for Climate ont pris la parole, expliquant que cette action ne visait pas à s’adresser aux institutions mais à écouter des témoignages pour "se rendre compte de l’ampleur du problème des violences policières". La parole a rapidement été laissée à d’autres, à commencer par Serge, de la Coordination des sans-papiers. "Il a fallu que cela se passe sur la place des Palais pour que vous vous rendiez compte de ce que subissent les sans-papiers et les migrants depuis des années, sans pouvoir porter plainte. Il faut réagir car des enfants et des personnes âgées traînés au sol, c’est inadmissible dans une ville qu’on dit hospitalière." Un discours applaudi par des grands "solidarité avec les sans-papiers".

C’est avec beaucoup d’émotion que Lina, une adolescente présente à la manifestation Extinction Rebellion, est venue raconter ce qu’elle a vécu le 12 octobre : "Des manifestants ont essayé de protéger les personnes âgées et les enfants mais sans succès : la police m’a séparée de mon amie. Quand ils ont vu que j’étais une enfant seule, ils ont essayé de m’humilier et de me traumatiser et ils ont réussi." Soutenue par les manifestants, la jeune fille a pourtant trouvé le courage de témoigner. Elle a été suivie par le collectif Stop Répression qui a enjoint tout le monde à participer à la manifestation prévue dimanche en l’honneur de Mehdi.