"La position du président Jamel Azaoum (PS) n'est plus tenable. Au conseil d'administration cette semaine, le PTB demandera sa démission." Après Ecolo et le CDH, c’est au tour du PTB de se retourner contre le président de l’ASBL Molenbeek Sport. Les trois partis de l’opposition dénoncent notamment une opacité de gouvernance et du favoritisme.

Des critiques surprenantes selon le président de la section PS de Molenbeek. "Molenbeek Sport n’a jamais connu autant de dynamisme. Jamel Azaoum a déjà organisé une dizaine de réunions depuis son arrivée alors que le conseil d’administration ne s’est réuni que six fois sous l’ancienne législature. Pour ce qui est de la transparence, c’est le président lui-même qui a demandé la mise en place d’un audit afin de faire toute la lumière sur la gestion de l’ASBL", rappelle Khalil Boufraquech.

Oui, mais voilà : ce week-end, sans prévenir le conseil d’administration, Jamel Azaoum aurait envoyé des conventions à l’Académie Jeunesse Molenbeek, club de football qui a poursuivi Molenbeek Sport en justice pour des créneaux horaires octroyés à un autre club. "Un énième acte de l’échevin des Sports, passant à côté et en dehors des structures", fustige Dirk De Block (PTB). Une action tout à fait légale, répond le parti socialiste molenbeekois. "Un comité de gestion s’est réuni ce samedi 2 janvier suite à la décision du juge d’augmenter les astreintes à 4 000 euros par jour. Nous avons décidé de ne plus payer d’astreintes et donc d’octroyer les conventions au club Académie Jeunesse Molenbeek. On respecte la législation sur les ASBL car quand il y a urgence, le comité de gestion peut décider. Le conseil d’administration en sera informé lors de notre prochaine réunion ce jeudi."

De son côté, Karim Tabakkalt confirme que l'avocat du club Académie Jeunesse Molenbeek a reçu des conventions. "On est plutôt contents mais ce ne sont pas celles qui ont été votées en juin. Celles que nous avons reçues sont incomplètes et de nouvelles clauses semblent y aboir été ajoutées. Notre avocat vérifie donc qu'elles ne nous portent pas préjudice. Dans tous les cas, nous allons essayer de trouver une solution pour les enfants qui sont affiliés à l'autre club, afin qu'ils puissent poursuivre leur saison."

Le PS soutient son échevin

Le parti socialiste entend lui aussi garantir une solution à ces enfants. "Notre priorité, c'est que l'ensemble des enfants puissent avoir accès au sport. C'est la raison pour laquelle nous avions attribué les créneaux horaires à l'autre club, qui compte plus de mille affiliés. On nous reproche de faire du clientélisme. En plus d'être une accusation grave, c'est faux : Jamel est quelqu'un de terrain, être proche des clubs ne signifie pas être clientéliste."

Pour Khalil Boufraquech, l'arrivée de Jamel Azaoum à la tête de Molenbeek Sport a favorisé une meilleure gestion de l'ASBL. "Quand on est arrivé au pouvoir, c'était géré de manière archaïque, avec très peu de conseils d'administration, des conventions signées uniquement par le directeur et pas par le président de l'association et le non respect de la législation sur les marchés publics. Avec la direction, un travail remarquable a été abattu malgré la crise sanitaire. On continuera à aller dialoguer avec les clubs sportifs car être de gauche, c'est être sur le terrain pour effectuer un travail de proximité."