Bruxelles

Les communes les plus pauvres sont moins intéressées par la facture mensuelle.

25 000. C'est le nombre de demandes de plans de paiement que reçoit chaque année Vivaqua. Ces plans s'étalaient auparavant sur trois mois. Trop court, ce délai ne permettait pas de réduire suffisamment la somme à régler chaque mois. "Si vous avez une dette de 2 000 €, vous devez payer plus de 500 € par mois : pour de nombreux ménages, c’est impossible", explique le député bruxellois Emmanuel De Bock (Défi), qui plaide depuis plusieurs années pour la mise en place de plans de paiement de trois à douze mois. 

L'objectif : permettre aux CPAS d'allonger le délai de paiement des ménages dont les arriérées sont trop élevées. Une mesure effective depuis octobre dernier, sans beaucoup de publicité. "Il faut absolument faire connaître ces possibilités pour aider au mieux les personnes en difficulté", insiste-t-il. C'est pour faire face à la précarité hydrique en région bruxelloise que Vivaqua a repensé son système de facturation. 

Depuis le 1er juillet 2018, la société de distribution d'eau permet également à ceux qui le souhaitent de mensualiser leur facture. "La facture d'eau moyenne à Bruxelles, pour un ménage de deux personnes, est de près de 300 euros par an", précise Yves Bourdeau, directeur commercial et financier de Vivaqua. Un budget trop élevé pour de nombreux Bruxellois. "La facture mensuelle répond à une forte demande et permet au consommateur d'éviter les mauvaises surprises."

L'accès à la mensualisation se fait pour l'instant en ligne, via la plateforme Doccle. Opérationnelle depuis le 1er juillet dernier, elle compte aujourd'hui plus de 17 000 inscrits : "A l'heure actuelle, cela concerne 5,4 % de la clientèle domestique, soit un ménage sur vingt", révèle Céline Fremaut (CDH), ministre de l'Environnement et de l’Énergie. Ce nombre, en constante augmentation, réjouit Emmanuel De Bock qui rappelle l'importance de l'accessibilité de la plateforme à tous les citoyens. "Il faut donner aux CPAS et aux communes les moyens d'aider les personnes qui n'ont pas internet à s'inscrire sur Doccle."

Si le système doit être accessible à tous, l'intérêt des Bruxellois pour la facture mensuelle varie entre les différentes communes. Après six mois d'effectivité, Emmanuel De Bock dresse un premier bilan des adhésions à la plateforme. "Aussi étonnant que cela puisse paraître, c'est à Woluwe-Saint-Lambert et Auderghem, deux communes Défi, que l'on compte le plus d’adhérents." Ixelles et Bruxelles-Ville arrivent ex-aequo en troisième position, suivies par Watermael et Forest. Le haut du classement est donc principalement composé des communes à forte classe moyenne. "C’est un peu décevant de voir les communes dont la population est la plus précarisée (Molenbeek, Koekelberg, Saint-Josse) dans le bas du tableau. Mais cela montre que la mensualisation est un réel enjeu économique", conclut le député bruxellois.