La nouvelle majorité veut repenser la place du Forestois dans la ville.

Si les premiers mois qui ont suivi les élections se sont déroulés de manière houleuse à Forest, parsemés de retournements de situation et de conseils communaux agités, la nouvelle majorité annonce aujourd'hui être plus soudée que jamais, et prévoit un plan d'attaque ambitieux pour les six prochaines années. Ce lundi, le bourgmestre Stéphane Roberti (Ecolo) et son équipe ont partagé leur volonté de devenir, à travers les nombreux projets futurs et en cours, une Fearless city.

De quoi s'agit-il? "Le réseau des villes sans peur s’engage à préférer la confiance entre les partenaires, avec les citoyens plutôt que d’attiser les craintes et les stéréotypes. Nous faisons le constat que partout dans le monde, beaucoup d'États sont pris en charge par des partis qui jouent sur la peur. C'est ce que nous voulons éviter à Forest", explique Stéphane Roberti.

En vue de cette législature, la nouvelle majorité forestoise présente donc ses fers-de-lance à travers trois axes principaux: un nouveau partenariat public/citoyen, une commune émancipatrice, accueillante et intergénérationnelle, et la lutte contre le dérèglement climatique. Consciente de sa poussée démographique, Forest et sa majorité entendent repenser la place de l'habitant dans la ville.

"Les tendances sont en train de changer", affirme le premier échevin Charles Spapens (PS). "On constate notamment que les gens veulent rester en ville, mais ont des attentes de plus en plus "rurales" de celle-ci. Il faut donc repenser l'espace public. Tout le monde a besoin de zones de respiration. Les espaces publics sont là pour rencontrer les besoins élémentaires de respiration et de relation à l’autre."

Concrètement, les dix membres du collège veulent entre autre diversifier les services communaux (crèches, écoles, lieux pour seniors), augmenter les logements accessibles aux revenus modestes, développer l'offre culturelle, rendre les espaces publics plus conviviaux, améliorer la qualité de l'air en verdurisant, etc.

"Concernant la rénovation du coeur de Forest par exemple, on veut une amélioration claire de l'espace pour les commerçants et les usagers. Et ça passe par un élargissement des trottoirs, moins de voitures, etc.", explique Charles Spapens.

Concernant le parc de Forest, la commune est formelle: même s'il est géré par Beliris, cet espace vert ne fera l'objet d'aucun abattage d'arbres. C'est pourtant ce que prévoyait la Région: abattre des arbres pour permettre une vue panoramique de Bruxelles. "On veut expliquer à la commune qu'aujourd'hui, ce n'est pas la priorité des habitants. Ce qu'ils veulent eux, c'est une bonne qualité de l'air et profiter de cet espace vert", explique Stéphane Roberti.