Bruxelles

Mené par la société Immograda, le projet prévoit la construction de 39 appartements et la destruction de 29 arbres centenaires.

Le permis d'environnement du projet Immograda, sur le site hébergeant la villa Dewin a été annulé, a communiqué le comité de quartier Meunier ce matin. "Suite au recours introduit par le Comité Meunier en date du 26 mai dernier, le collège d'Environnement a annulé la décision de Bruxelles-Environnement (BE) d'octroyer le permis d'environnement à la société Immograda pour l'exploitation de 41 parkings à l’angle de la rue Meyerbeer-Mutualité à Forest et ce, principalement pour des raisons formelles liées à des questions de délais. En effet, les procédures de délivrance du permis d'urbanisme et du permis d'environnement sont distinctes mais l’un ne peut être mis en œuvre sans l'autre. Le Collège confirme donc que le permis contesté a reçu un refus tacite en date du 18 septembre 2018 car émis au-delà du délai prévu par le Code bruxellois d'aménagement du territoire (Cobat). Cette décision implique que le promoteur doit réintroduire une demande de permis d’environnement auprès de BE."

Le comité de quartier rappelle que "la commission de concertation de Forest avait remis en mars dernier un avis défavorable unanime à la demande de permis mixte (Urbanisme + Environnement) de la société gantoise Immograda pour une construction de 39 appartements et 41 parkings, sur l’entièreté de la partie non classée du jardin d’origine et au sein même de la zone de protection du bien classé. Le projet entraînerait l'abattage de 29 arbres centenaires avec un impact irréversible sur la cohérence de cet ensemble et une perte écologique inestimable."

Malgré l'avis de la commission de concertation, Bruxelles-Environnement avait délivré le permis d'environnement. Le Comité Meunier avait donc introduit un recours auprès du collège d’environnement "pour relever les très nombreuses erreurs et incohérences contenues dans le permis et pour dénoncer une fois de plus les incidences de ce projet sur l’environnement et la mobilité". 

"C'est sans aucun doute encore une étape importante dans la bataille menée depuis des années par les riverains, persuadés que des alternatives plus respectueuses de l'environnement doivent être mises en place pour valoriser ce lieu hors du commun", se réjouissent les riverains.