La différence de vision entre les partis francophones et néerlandophones sur la fusion ou non des zones de police bruxelloises est flagrante, sauf chez les verts...

Le débat sur la fusion des zones de police bruxelloises s'est réinvité au parlement fédéral cet après-midi, à l'initiative du Vlaams Belang qui a déposé une proposition de loi en vue d'une fusion des six zones bruxelloises. Le ministre de l'Intérieur Pieter De Crem (CD&V) a réitéré sa volonté d'une fusion. A tout le moins, il a répété qu'un débat sur ce dossier était "inévitable", en collaboration avec les bourgmestres et chefs de zone concernés. Sur ce point, Pieter De Crem est rejoint par l'ensemble des formations politiques néerlandophones. Au contraire de leurs homologues francophones, qui sont toutes opposées au projet de fusion.

A l'exception d'Ecolo/Groen, qui partage une vision commune visant à une rationalisation maximale de la police à Bruxelles. Ceci sans parler de fusion en tant que telle. "Nous nous opposons clairement à une fusion telle qu'elle est évoquée et proposée par le Vlaams Belang", cadre le député Ecolo Gilles Vanden Burre. "Par contre, sur le fond du dossier, de nombreux domaines pourraient être gérés au niveau régional. En clair, la rationalisation que nous prônons passe par une certaine centralisation. On y gagnerait en efficacité. Ainsi, on pourrait par exemple créer un commandement régional regroupant les six chefs de zones." Ce commandement régional ou cet "état-major régional" selon le terme utilisé par Ecolo durant la dernière campagne électorale traiterait certaines problématiques spécifiques telles que "la gestion des grosses manifestations, le grand banditisme, la lutte contre le terrorisme, la cybercriminalité, la lutte contre le harcèlement, le crime en col blanc mais aussi le recrutement, l'achat de matériel, etc."

Ecolo souhaite néanmoins maintenir un lien fort avec les Bruxellois. "On pourrait imaginer des districts locaux ou garder les zones actuelles ou, encore, créer des districts plus petits. Notre objectif est d'assurer le meilleur service possible au citoyen. Ces districts garderaient la gestion de la police de proximité, des agents de quartier."

Un grand débat sur le sujet ? Ecolo n'y est pas forcément favorable. "Avec de la bonne volonté, on peut avancer. Mais pour cela, il faut exclure tout combat idéologique et communautaire comme le Vlaams Belang est en train de faire. Par ailleurs, cette rationalisation ne doit pas éluder la question du sous-financement des zones de police bruxelloises ni le problème récurrent du cadre." Affaire à suivre...