Rouler en peloton entre amis, gagner des points pour s’emparer du maillot du meilleur grimpeur et du meilleur sprinteur, s’affronter sur six classiques réparties sur toute l’année. Depuis 2019, la Bonneville Cycling Federation permet aux cyclistes amateurs de vivre les mêmes émotions que les coureurs professionnels, mais dans une ambiance conviviale et bon enfant.

A la tête de ce concept inédit en Belgique, l’on retrouve deux Bruxellois : Alban Herinckx et Benjamin Cortier, également membres fondateurs de la BBFL, le championnat féminin de football amateur. Chaque équipe cycliste est composée de dix coureurs et d’un directeur sportif. Comme les pros, ils doivent se démener pour trouver des sponsors et constituer l’équipe la plus complémentaire possible pour les différentes classiques, calquées sur Liège-Bastogne-Liège, le tour des Flandres ou les championnats nationaux. Chaque team doit ainsi définir sa stratégie et désigner son leader, son grimpeur, son sprinteur, son porteur de bidons, etc.

© DR

Lancé en 2019 avec 24 coureurs, le concept s’est rapidement répandu de bouche-à-oreille pour atteindre, en 2020, 120 coureurs, et 280 coureurs pour cette édition 2021. Nouveauté cette année : la BCF accueille un peloton "ladies" composé de 80 filles, portant le total à 360 coureurs.

Mais avec la crise du Covid, les organisateurs ont dû changer leur fusil d’épaule et font face à un véritable casse-tête. Ils ont dû faire l’impasse sur la première épreuve du 27 mars pour proposer une alternative via une série de challenges à réaliser durant tout le mois d'avril sur l’application mobile Strava.

© DR

"Nous croisons les doigts pour que les épreuves à venir puissent se tenir normalement", affirme Alban Herinckx. "Nous avons deux classiques prévues fin août. Un relais par équipe sur le circuit de Spa-Francorchamps et un record de l’heure sur piste. Un grand tour composé de quatre étapes doit également se tenir en septembre en Bourgogne et on espère qu’avec la vaccination, on pourra organiser ces trois événements après l’été."

© DR

L’engouement pour la BCF ne cesse de s’accroître et plusieurs équipes se sont vus essuyer un refus pour participer. "Nous avons dû refuser la participation d’une quinzaine d’équipes pour limiter les inscriptions et garder ce cadre bon enfant. Nous voulons grandir de manière structurée sans perdre l’esprit décalé de la BCF, et en évitant que l’aspect compétition prenne le dessus."

Le vélo a toujours été prisé en Belgique et avec le Covid, la pratique connaît un boum. "Le fait d’établir une stratégie, de rouler entre potes, de se retrouver pour s’entraîner, de se prendre au sérieux sans se prendre au sérieux en élaborant des communiqués de presse en en créant une émulation collective, ce sont tous ces ingrédients qui expliquent pareil engouement", concluent Alban Herinckx et Benjamin Cortier.

Retrouvez toutes les informations sur le site de la BCF.