Le personnel de l'enseigne britannique, qui dispose de 37 succursales en Belgique, s'oppose à la volonté de la direction de réduire drastiquement les heures en magasin. La quasi totalité des 21 magasins de SportsDirect de la capitale et du sud du pays a donc gardé portes closes samedi matin. Seuls trois étaient encore ouverts à 10h00, détaille Jalil Bourhidane, permanent CNE. L'un à Arlon et deux à Bruxelles, à City 2 (où un piquet de grève a été installé) et à Drogenbos. Suite à la tenue d'assemblées du personnel, les travailleurs ont rejoint le mouvement  dès 13h, entraînant la fermeture de la totalité des boutiques.

Le syndicaliste n'avait pas de retour sur la situation en Flandre, où l'enseigne dispose de 16 magasins.

"Après deux journées de négociation, nous tournons en rond. Nous constatons que nous n'avons aucune réponse à nos questions sur de très nombreux points. C'est pour cette raison que les travailleurs ont décidé de partir en grève aujourd'hui", explique le syndicaliste.

La réduction "drastique" du nombre d'heures en magasin est au cœur de ce conflit social. "Nous voulons un système d'heures transparent durable et adéquat aux besoins de chaque magasin ainsi qu'une perspective très claire sur le futur (nombre de magasins, emplacements, etc.). Plus aucun renom de baux commerciaux ne doit être fait sans en avoir parlé au préalable avec les représentants du personnel", estime Jalil Bourhidane.

Le personnel part également en grève pour réclamer une réduction du temps de travail (32h en 4 jours/semaine) sans perte de salaire.

Les travailleurs trouvent en outre "indispensable" qu'une personne professionnelle en Belgique se charge des liens avec les différents propriétaires, de la prospection ou de l'analyse des besoins des magasins ou des demandes des clients.

Sports Direct emploie environ 450 personnes en Belgique, dont une majorité sont des jeunes disposant de contrats précaires, dénonce encore le secrétaire permanent CNE.

Les magasins devraient rouvrir leurs portes lundi mais d'autres journées d'actions sont possibles en fonction de la réaction de la direction, prévient-il.