Vivaqua, la compagnie intercommunale bruxelloise des eaux, a validé sa proposition d'augmentation du prix de l'eau, hier à l'occasion de la réunion de son conseil d'administration. Comme La DH l'expliquait la semaine passée, Vivaqua affiche un déficit de 877 millions d'euros et n'a pas augmenté le prix de l'eau depuis 2014 à l'exception de deux indexations en 2020 et 2021.

Trois scénarios étaient sur la table. C'est un quatrième qui a émergé. "En ce qui concerne la facture tant des ménages que des usagers non-domestiques, la proposition du conseil d’administration d’une augmentation unique de 15% en 2022 a notamment pour effet de rattraper les indexations non-obtenues dans le passé", avance Vivaqua dans un communiqué. "Ainsi par exemple, un ménage de 2 personnes avec une consommation de 70 m³ verra sa facture passer de 260 €/an à 299 €/an et ce, pour une année pleine. Les ménages bénéficiant de l’intervention sociale (BIM) verront quant à eux leur facture d’eau baisser de 2 à 15 % (en fonction de leur consommation) par rapport à leur facture actuelle. Un ménage BIM de 2 personnes (avec une consommation de 70 m³) verra sa facture diminuée de 260 €/an aujourd’hui, à 231 €/an et ce, pour une année pleine." Il s'agit donc, pour Vivaqua, non pas d'une augmentation des tarifs mais bien d'un "rattrapage de l'indexation non-obtenue entre 2014 et 2019"

Pour Vivaqua, ce "rattrapage" permet de freiner la croissance de la dette : son montant devrait continuer à croître mais de l’ordre de 20 million €/an au-delà de 2026 (contre 30 millions €/an aujourd’hui) pour atteindre 1 milliard € à fin 2026.

Décision finale au début du mois de décembre

Le CA de Vivaqua a par ailleurs validé la suppression du tarif progressif en quatre tranches (le prix au m³ progressivement de plus en plus élevé), aujourd’hui applicable aux ménages, pour le remplacer par un prix unique au m³. "L’évolution vers un prix unique au m³ (tarif linéaire) rendra la facture plus compréhensible, et permettra aussi de corriger l’effet pervers, récemment démontré par l’étude de Brussels Studies, du tarif progressif pour les ménages précarisés (dont la consommation d’eau est souvent élevée en raison notamment d’appareils électroménagers ancienne génération, de fuites etc.)."

La proposition de Vivaqua sera soumise au régulateur bruxellois pour le gaz, l'électricité et l'eau Brugel, qui recevra la proposition complète de Vivaqua demain. Brugel a un mois pour examiner le dossier, poser toutes les questions à Vivaqua et à la SBGE. Le régulateur doit prendre position - provisoire - pour le 7 septembre 2021. Ce projet de décision sera ensuite communiqué au Conseil des usagers et Brupartners. Qui auront un mois pour remettre leurs avis à Brugel. Lequel disposera d'encore deux à trois semaines pour finaliser le projet de réforme de tarif de l'eau avec Vivaqua. Sur base des avis des trois acteurs (Conseil des usagers, Brupatners et Brugel), Brugel reprendra langue avec Vivaqua pour d'éventuels aménagements de la proposition, à la marge. Puis donnera son avis définitif. 

L'objectif de Brugel est d'approuver cette réforme des tarifs au début du mois de décembre, pour une entrée en vigueur au 1er janvier 2021.