Huit arbres âgés d'environ 25 ans et situés rue de l'Automne, dans le quartier du cimetière d'Ixelles, ont été abattus "par erreur", a déploré l'échevine en charge des Espaces verts et des Plantations Audrey Lhoest (Ecolo) jeudi soir en réponse à une question du conseiller communal Geoffroy Kensier (Objectif-XL).

L'élu de l'opposition avait été alerté par des riverains. Dans sa réponse (à voir dans son intégralité dans cette vidéo), l'échevine Ecolo assure avoir, elle aussi, appris la nouvelle par des riverains. "Je n’ai pas été informée du remplacement de ces arbres. Je n’ai pas validé ce remplacement. Il s'agit d'une erreur commise par un de nos agents", a-t-elle expliqué en conseil communal. "Je regrette amèrement ce qui s’est produit, c'est le fruit d’une erreur isolée. Je ne veux pas que cette erreur jette le discrédit sur la qualité de notre service des Espaces verts. Cette erreur incite la commune à mener "un renforcement des procédures internes et sortir par le haut de cette situation".

© DR

A la question de Geoffroy Kensier du pourquoi abattre ces arbres, Audry Lhoest a admis que ces arbres posaient problème. "Les essences ont été mal choisies. Les arbres touchent les façades des gens. Les couronnes font cinq mètres de large, les trottoirs sont trop étroits. Le choix était mauvais à la base. S'il fallait abattre ces arbres, cela aurait dû passer par une procédure et une concertation avec les riverains", a poursuivi l'échevine, rappelant que les remplacements d’arbres sont excessivement rares et ne peuvent plus se faire sans la validation de l’échevine de référence (elle en l'occurrence) ni sans dialogue avec les riverains concernés.

Le bourgmestre ixellois Christos Doulkeridis (Ecolo) a lui aussi appris la nouvelle après l'abattage. "Il s'agit d'une décision prise par un agent, pour des raisons visiblement sanitaires, nous a expliqué l'agent. C'est choquant car les habitants n'ont pas été informés."

Geoffroy Kensier doute de la bonne foi de l'échevine Ecolo. " Ces faits posent de nombreuses questions. Qui a décidé d’envoyer des agents communaux rue de l’Automne pour abattre les arbres ? Qui a autorisé l’utilisation d’une pelle mécanique pour déraciner les arbres ? Qui a commandé les nouveaux arbres pour remplacer ceux qui allaient être coupés ? Il ne peut s’agir comme l’a dit l’échevine Audrey Lhoest, lors du conseil communal, d’un acte isolé d’un seul agent. Ce n’est pas possibleLorsque l’on passe une commande pour de nouveaux arbres, on sait déjà où ils vont être plantés et à quelle période, ici les arbres ont été plantés le jour même de l’abattage, la commune était au courant."
    
© DR