Bruxelles Dès ce week-end, la nuit tombera une heure plus tôt et avec elle, de nombreux piétons.

Il ne fait pas bon être piéton à cette période de l’année. Après le passage à l’heure d’hiver, la Belgique voit le nombre d’accidents impliquant des piétons augmenter de 28 % pendant l’heure de pointe du soir. Le nombre de blessés graves et de tués parmi ces usagers croît même de 63 %. La raison est simple : les trajets du retour, qui s’effectuaient habituellement à la lumière du jour, se font dans l’obscurité.

À Bruxelles, les chiffres sont préoccupants, même s’ils augmentent moins que dans les autres régions du pays, grâce, entre autres, à des rues bien éclairées. Ainsi, on déplore une hausse de plus de 20 % du nombre d’accidents corporels (21 %) et d’accidents graves (28 %) impliquant un piéton. Le nombre de piétons décédés ou grièvement blessés augmente quant à lui de 40 %. Mais le plus impressionnant reste le nombre de piétons décédés, celui-ci augmentant... de 700 %. "Il faut cependant manier ces chiffres avec prudence parce qu’à Bruxelles, on travaille avec un nombre de décès très faible. L’augmentation peut donc être spectaculaire", nuance Benoît Godart, porte-parole de l’IBSR, l’Institut Belge pour la Sécurité Routière.

L’agence profite donc de la période pour rappeler les bons réflexes à adopter et éviter les accidents. Les piétons et les cyclistes veilleront ainsi à être visibles et particulièrement attentifs aux voitures, y compris sur les passages pour piétons. Pas question donc de traverser sans regarder, même si on a la priorité. L’ISBR leur recommande même le port d’une tenue réfléchissante, ou, à défaut, de couleurs clairs. De leur côté, les automobilistes sont encouragés à réduire leur vitesse à l’approche des passages pour piétons, surtout en cas de sol mouillé, et à rester vigilants en dépassant un véhicule à l’arrêt.


"Pas de campagne spécifique"

Bianca Debaets (CD&V) , secrétaire d’État à la sécurité routière.

"Toute l’année, nous sensibilisons les automobilistes et les piétons lors de diverses actions, comme lors de l’opération cartable. À chaque fois, nous insistons sur le respect mutuel des usagers de la route et nous rappelons les règles de base. Il ne s’agit pas seulement aux piétons de s’adapter : tout le monde doit rester vigilant lorsqu’il fait sombre. C’est aussi pour cette raison que, lors de la réforme du permis de conduire, nous souhaitons organiser un test de perception des risques. Il faut que les futurs conducteurs se rendent compte que le danger peut venir de partout."