Ce nouveau PPAS a pour objectif premier de lutter contre la mono-fonctionnalité de l’hypercentre-ville de la capitale.

"La zone Unesco est très touristique. Il faut préserver cette fonction mais y apporter une plus grande mixité via la création de commerces de proximité, de logements, d’espaces collectifs, etc., commente le bourgmestre Philippe Close (PS). Il ne doit plus y avoir de quartier mono-fonctionnel à Bruxelles. Cela vaut pour la zone Unesco mais aussi pour le quartier Manhattan, etc."

Moins d’Horeca et de gift/night-shops

C’est un combat complexe à mener. Depuis de nombreuses années, la Ville de Bruxellois veut limiter le nombre de night-shops, de gift-shops dans son hypercentre touristique. "Actuellement, le type de commerce est axé principalement sur le tourisme, empêchant les habitants du quartier de pouvoir jouir des commerces et des services de proximité nécessaires à la vie d’un quartier. L’objectif est de limiter de façon raisonnable ces commerces (gift shops, night shops, Horeca, etc.) afin de permettre à d’autres commerces à destination locale de pouvoir s’installer", explique l'échevine bruxelloise en charge de l'Urbanisme Ans Persoons (one.brussels). Cette limitation devra néanmoins être encadrée via une modification d’arrêté du gouvernement bruxellois sur les changements d’utilisations soumis à permis d’urbanisme.

Un droit de préemption et d’expropriation

Depuis quelques années, la Ville constate un plafonnement du nombre d’habitants dans la zone Unesco. La Ville propose d’accompagner le PPAS par l’établissement d’un périmètre de préemption ou d’un plan d’expropriation comme outil dans la lutte contre les biens à l’abandon. Dans la même veine, la Ville propose d’encadrer les développements urbanistiques dans la zone Pentagone afin "d’objectiver les besoins, la faisabilité/conditionnalité des projets de logements et/ou d’hôtels via l’établissement de densités, d’emprise au sol, etc.".

Reconvertir le commissariat central

Le sort du futur ex-commissariat central du marché au Charbon fait partie de ce PPAS. Pour mémoire, le futur commissariat central de la ville de Bruxelles s’installera rue de Ligne vers 2025. Le site, inscrit en équipement au PRAS, devra donc être reconverti. "L’élaboration du PPAS Unesco sera l’occasion de penser ses possibilités de reconversion à travers une analyse globale du périmètre."

Dédensifier les intérieurs d’îlot

Les intérieurs d’îlot sont trop denses. La plupart du temps, ces intérieurs d’îlot bâtis sont destinés aux activités commerciales et aux installations techniques. La Ville veut y remédier en verdurisant certains intérieurs d’îlot et en les rendant accessibles aux Bruxellois.

Une solution pour la place d’Espagne

La place d’Espagne est largement sous-exploitée. La Ville va l’intégrer au nouveau PPAS, modifiant ainsi le PPAS Putterie. "Nœud de connexion entre le haut et le bas de la Ville, les prescriptions du PPAS Putterie ne permettent pas à la place d’Espagne de jouer correctement ce rôle, ni d’optimaliser son caractère vert. L’intégration du périmètre du PPAS Putterie au PPAS Unesco aura pour but de sauvegarder l’espace vert tout en augmentant son potentiel qualitatif et en améliorant son rôle dans la connexion entre le haut et le bas de la ville", explique encore Ans Persoons.