L'impact des mesures de restriction pour les commerces encore ouverts est également étudié, a affirmé vendredi la secrétaire d'Etat à la Transition économique Barbara Trachte. "Pour ces secteurs, nous n'avons pas encore pu estimer le budget nécessaire. Mais il y a évidemment un accord de principe du gouvernement pour venir en aide aux entrepreneurs et entrepreneuses", a ajouté Mme Trachte, interrogée devant le parlement bruxellois par Michaël Vossaert (DéFI), Véronique Lefrancq (cdH) et Clémentine Barzin (MR).

Une chose est sûre, à en croire la secrétaire d'Etat, il n'est pas possible d'envisager une indemnité journalière, comme le demandait Michaël Vossaert car on ne connaît pas la date finale des mesures actuelles et "on ne peut avancer à l'aveugle", a-t-elle précisé.

La prime Tetra destinée aux entreprises des secteurs des hébergements touristiques, des discothèques, des restaurants et cafés et de certains de leurs fournisseurs, de l'événementiel, de la culture, du tourisme et du sport et qui s'élève à 111 millions d'euros sera disponible à partir du 19 avril, a par ailleurs indiqué la secrétaire d'Etat.

A la demande du secteur, cette prime à destination du secteur de l'hébergement touristique (hôtels, chambres d'hôtes et autres hébergements touristiques) fait toutefois l'objet d'un léger report de date pour mieux correspondre aux besoins des établissements concernés. Les modalités de cette prime seront rapidement communiquées.

Mme Trachte a attribué le délai de concrétisation de ce coup de pouce régional aux nombreuses et nécessaires consultations des secteurs et des interlocuteurs sociaux pour permettre qu'un maximum de bénéficiaires puissent y accéder. Les avis de Brupartners et du Conseil d'État ont également incité le gouvernement bruxellois à modifier certains éléments de l'arrêté pour poursuivre la même logique, ainsi qu'à consolider le texte. Suite aux discussions avec le secteur, pour être au plus près de la réalité de leur situation, les hébergements touristiques ont été placés dans un autre arrêté qui doit encore passer en gouvernement.

En outre, pour la première fois depuis le début de la crise en mars, le Conseil d'État a demandé de consulter l'Autorité de Protection des données, un élément qui rallonge le délai.

La secrétaire d'Etat a enfin précisé que, dès l'ouverture de la prime, le 19 avril, l'administration ferait en sorte de traiter le plus rapidement possible les demandes avec l'objectif d'un paiement endéans les dix jours comme cela a été le cas pour toutes les primes précédentes.