Bruxelles

L’entreprise Domobios a reçu un subside de 291.000 € pour développer un système pour lutter, de manière écologique, contre les punaises de lit. Elle figurait parmi les trois jeunes entreprises innovantes récompensées hier par la ministre de l’Économie, Céline Fremault (CDH), dans le cadre du prix Rise. "Ce subside va permettre de financer trois ans de recherche. Sans cette aide, nous n’aurions pas pu développer le projet", affirme Pierre Buffet, le cofondateur en charge de la partie commerciale de l’entreprise.

La chercheuse Anne-Catheri- ne Mailleux est la tête pensante de ce projet. Cette biologiste n’en est pas à son coup d’essai. Depuis huit mois, l’un des produits qu’elle a conçu, l’Acar’up, est commercialisé en pharmacie. Il permet d’éliminer de manière durable les acariens. "Contrairement à un insecticide, le but de ce produit n’est pas de tuer directement les bêtes mais d’abord de les attirer vers une couverture. Il faut ensuite la passer à la machine à laver pour tuer les acariens. Pour développer ce produit, j’ai longuement étudié leurs comportements et leur univers."

La biologiste s’apprête à renouveler l’expérience. Avec les punaises de lit, cette fois-ci. "Elles deviennent, au fil du temps, plus résistantes aux insecticides. Il devient compliqué de s’en débarrasser. Les insecticides sont, par ailleurs, mauvais pour la santé", précise la chercheuse.

Et le choix de s’attaquer à cette espèce ne doit rien au hasard. "À Bruxelles, des hôtels sont actuellement confrontés à ce problème mais nous estimons que la situation va empirer. Elle pourrait être similaire à celle de New York d’ici quelques années. C’est-à-dire que 25 % des établissements lutteraient contre ce fléau", précise Pierre Buffet.

Mais le duo ne compte pas se limiter ses ventes à la Belgique. Il a déjà pris contact avec des entreprises à l’étranger pour développer son activité hors des frontières. "Dans un premier temps, nous nous concentrons sur l’Europe puisqu’il y a moins de démarches administratives à effectuer. Mais nous pensons également à d’autres pays à plus long terme", confie le responsable de la partie commerciale.