Nous nous promenons dans les salles d’exposition comme dans une bande dessinée. Les décors sont tirés des albums. Il y a le tipi de Yakari, l’atelier du professeur Barabas dans Bob et Bobette, ou encore le gaffophone de Gaston Lagaffe. Tous ces espaces constituent les neuf univers de la Fête de la BD.

Cette année, la manifestation s’est mise au diapason des restrictions sanitaires qui in terdisent tout rassemblement. "Malgré le virus, nous avons voulu proposer un rendez-vous safe autour de la BD, précise Micha Kapetanovic, directeur de Visit.brussels. On a essayé de se réinventer." "Nous proposons une expérience immersive à travers la bande dessinée en allant à la découverte de neuf personnages de BD majoritairement belges, explique Micha Kapetanovic. Nous apprenons des choses sur le personnage mais à chaque fois il y a un petit message en plus. Par exemple avec la bande dessinée flamande Yasmina et les mangeurs de patates, on évoque le bien manger, la nourriture locale."

Dix jeunes auteurs de la bande dessinée alternative, c’est-à-dire des auteurs représentés par des éditeurs indépendants, bénéficient également d’un espace d’exposition.

Les Stormtroopers de Star Wars et le manhwa (manga) coréen en version numérique participent également à l’expérience.

Pour limiter le nombre de visiteurs sur place, il faut réserver son créneau horaire. La manifestation dure jusqu’à ce dimanche.