Ce midi, le bourgmestre de Bruxelles-Ville, Philippe Close, et la nouvelle ministre des Pensions, Karine Lalieux, ont inauguré dans une ambiance festive la rue Neuve après deux ans de travaux de rénovation. 

Le nouveau pavage se compose de briques carrées déclinées en trois tons de gris-bleu, avec ici et là un accent cuivré de laiton. Les petits cubes de granit devraient se montrer plus résistants que les anciennes grandes tuiles, qui se brisaient sous le poids des véhicules. Les rues Saint-Michel, du Colombier, du Finistère, aux Choux, du Pont Neuf, de Malines et de la Blanchisserie, qui donnent sur la rue Neuve, ont également été réaménagées pour les permettre d'accueillir des commerces ainsi que des établissements horeca afin de décharger l'artère commerciale. 

Des espaces plus calmes et boisés ont également été installés, tandis que le nouvel éclairage doit donner un coup de projecteur aux bâtiments tout en créant une ambiance agréable invitant à la flânerie. 

"La rue Neuve est le symbole de l'activité commerciale de la capitale. Nous sommes donc particulièrement heureux du travail de rénovation effectué par la Ville et Beliris", a commenté le bourgmestre. "Cette rénovation s'inscrit, comme les travaux du piétonnier, dans un vaste projet de réaménagement du centre-ville pour le rendre plus attrayant, aussi bien pour les visiteurs que pour ses habitants." "La rue Neuve est la plus connue et la plus fréquentée des rues piétonnes du pays. Chaque jour, plus de 40.000 personnes la foulent", souligne pour sa part Quentin Huet de l'association des commerçants Shopera. "Nous sommes particulièrement enthousiastes d'assister à ce nouveau départ de la rue Neuve."