Ionel Cirlan, un homme de 52 ans, est accusé de l'incendie criminel qui a causé la mort de son ami Ionut Popovici, dans un squat de la rue Haute à Bruxelles, en août 2019. "Ionut avait quitté la maison en mai 2019. Il vivait encore chez nos parents. Il était diplômé d'une école professionnelle en mécanique mais il travaillait dans une fabrique de bois à quelques kilomètres du domicile", a raconté la sœur de la victime.

"Il était tendre, enfantin, mais pas dans le sens 'idiot'. Il aimait faire des jeux, danser, écouter de la musique, blaguer. Il avait toujours bon coeur. C'était une âme tendre. Il nous manque énormément et on espère que le procès qui se tient en ce moment en Belgique permettra de trouver la vérité sur ce qui lui est arrivé", a déclaré la jeune femme.

"Mon fils était très travailleur", a également raconté le papa. "Il disait toujours oui pour donner un coup de main aux voisins, à d'autres... Il était très respectueux des gens. Nous étions une famille unie", a-t-il confié.

Le corps de Ionut Popovici, un homme de 35 ans, avait été découvert carbonisé dans une pièce d'un immeuble qui a été incendié le 9 août 2019 vers 21h30, rue Haute à Bruxelles.

Il s'agissait d'un bâtiment abandonné, squatté par des sans-abri. L'accusé, Ionel Cirlan, avait été mis dehors de cet immeuble la veille, par d'autres résidents.

Il y était revenu avec son ami Ionut Popovici le lendemain en début d'après-midi, au moment où un premier incendie a lieu. Celui-ci a été très rapidement éteint.

Les deux hommes, accompagnés d'autres, y sont encore revenus dans la soirée et ont quitté les lieux juste avant un second incendie.

L'accusé a déclaré qu'au moment de quitter les lieux, Ionut Popovici le suivait. Mais il avait fait demi-tour pour retourner chercher quelque-chose dans l'immeuble. Il a déclaré qu'il ne l'avait plus revu ensuite.

Ionel Cirlan a contesté être celui qui a bouté le feu à l'immeuble.

Le procès se poursuivra ce mardi avec l'audition des enquêteurs et des experts.