Bruxelles

La mère des trois enfants retrouvés morts à Anderlecht était déjà connue de la police

ANDERLECHT Elle était absente lorsque les pompiers ont découvert les corps de ses trois enfants mardi après midi rue de la Laiterie à Anderlecht. Mais très vite, les soupçons se sont tournés vers elle. À son retour sur les lieux du drame, Fifi Nzuzi a déclaré qu’elle était partie faire une course lorsque l’incendie s’est déclenché dans sa maison. Elle s’est mise à pleurer mais rapidement les policiers ont compris que cette mère était en réalité très probablement impliquée dans la mort de ses enfants. Des enfants qui auraient en fait été tués avant même le début de l’incendie.

Hier après midi, le juge d’instruction en charge du dossier a donc sans surprise placé cette mère sous mandat d’arrêt. Il a refusé de communiquer le chef d’accusation mais, selon nos infos, c’est l’homicide involontaire par défaut de prévoyance qui a été retenu finalement.

Et toujours d’après nos sources, cette mère était déjà connue de la police pour négligence envers ses enfants. Elle avait ainsi déjà volontairement abandonné l’un d’entre eux dans sa voiture, prenant soin de verrouiller les portes avant de rentrer chez elle. Les voisins avaient donné l’alerte.

Leur voisin immédiat les décrit comme des parents négligeant la sécurité de leurs enfants. “Les petits jouaient souvent sur la rue sans surveillance à tel point que des passants s’en étaient déjà inquiété s, raconte-t-il. Un jour, leur garçon de quatre ans a même réussi devant nous à démarrer la voiture de son papa qui a fait un bond terrible en avant. Le papa ne l’a même pas mis en garde. Au contraire, il s’est écrié : T’as vu, mon fils sait déjà conduire !

L’homme précise aussi avoir fait appel aux policiers à maintes reprises suite au comportement de ses nouveaux voisins. “C’est une famille qui faisait beaucoup de bruit et lorsque j’ai voulu leur en parler, ils m’ont dit que je n’avais rien à dire et qu’ils étaient chez eux. La maman s’est même montrée agressive à mon encontre. Pendant mes vacances, leurs enfants ont tellement uriné sur ma façade que j’ai dû la passer au Kärcher avec un produit spécial. Ils n’en avaient rien à faire.” Les policiers locaux ont ensuite expliqué à ce voisin qu’ils n’allaient pas pouvoir venir sur place tous les jours et lui ont donc proposé une médiation. Laquelle a in fine eu lieu en septembre passé et a permis d’améliorer la situation, selon leur voisin.

Selon certaines sources, le fils de 16 ans – Gaspard – que le papa avait eu d’une relation précédente était source de conflits au sein du couple. Fifi Nzuzi ne le considérant absolument pas comme son fils, même si c’est souvent lui qui gardait ses trois demi-frères et sœur en l’absence de leur maman. Gaspard n’habitait d’ailleurs plus rue de la Laiterie. L’adolescent aurait en effet été placé durant l’été.

À l’heure d’écrire ces lignes, la maman, incarcérée à la prison de Berkendael, niait toujours avoir bouté le feu au domicile familial.



© La Dernière Heure 2012