"C’est en train de devenir une catastrophe, on n’a plus beaucoup d’espoir que ça change.” Commerçants de la rue de Brabant, travailleuses du sexe et riverains du quartier Nord sont unanimes : ils ne se sentent plus en sécurité dans leur quartier. Du côté de la rue de Brabant, habitants et commerçants sont à bout. “C’est la même chose tous les soirs, surtout à l’angle avec la rue d’Aerschot : des bagarres, parfois extrêmement violentes. On a déjà vu des migrants se jeter des pierres. Ils se retrouvent à dealer et à s’embrouiller pour je ne sais quelle raison. Pour nous, ce n’est plus tenable. Ça fait des mois que ça dure et la crise sanitaire n’a pas arrangé les choses, loin de là !”

Un sentiment partagé par les travailleuses du sexe de la rue Linné. Mathilde (nom d’emprunt), propriétaire d’une carrée, dénonce : “Des délinquants se sont installés dans le quartier pendant le confinement car il n’y avait plus personne en rue. Pas de contrôles policiers ni de filles dans les carrées pour surveiller ce qui se passe. Aujourd’hui, ils agressent les quelques clients qui osent encore s’aventurer dans la rue en fin de soirée. Et puis, il y a des marchands de sommeil qui louent des petits appartements à des grandes familles du coup, en journée, elles s’installent dans la rue comme si elles étaient dans leur salon. Ça a encore causé une bagarre ce dimanche.”

Une situation qui pèse sur le moral et les rentrées des travailleuses du sexe. “Déjà qu’à cause du Covid, les affaires ont du mal à reprendre, ce climat de peur empire encore les choses. Les filles baissent un peu les bras car elles assistent, impuissantes aux agressions. Elles n’osent pas en parler car elles craignent que les délinquants brisent les vitres des carrées en représailles ou que la police ne les contrôle. Et puis, quand on parle de ces problèmes à la police, on nous répond que des caméras seront bientôt installées. Mais on fait quoi, nous, en attendant ?”

Une réunion avec les riverains

Suite à tous les signalements envoyés cet été à la commune par les habitants du quartier, une réunion a été organisée avec différents groupes de riverains et les autorités locales. Un commissaire de police et le bourgmestre Emir Kir étaient présents. “La commune est parfaitement consciente des problèmes que connaît ce quartier, indique d’emblée le maïeur. La question de l’insécurité a été abordée, avec notamment les comportements problématiques de personnes venant du parc Maximilien.” Après avoir écouté les plaintes des riverains, il a rappelé que la commune prévoyait d’investir dans un réseau de caméras dont dix seront installées dans le quartier Nord. “Il y aura quasiment une caméra dans chaque rue, ce qui permettra d'être très efficace. C’est indispensable pour lutter contre la petite criminalité.”

Il a également présenté des projets d’aménagement du territoire. “Je pense par exemple que la rénovation de la place Saint-Lazare et la mise en place d’un nouveau plan d’éclairage permettront d’améliorer la situation dans le quartier. Un programme d’action de la police est par ailleurs en cours d'élaboration. Il sera présenté aux habitants dans le courant de l’année.”