Bruxelles

Hier soir, un filet spécial leur a été livré de Bretagne.

Il y a quelques semaines, des riverains de la commune de Jette ont découvert un héron blessé. Une aiguille de taille imposante entrave sa patte droite. "C'est une fléchette de sarbacane, tirée par un individu", déplore Philippe Piret. Les Jettois se mobilisent alors, interpellant la Ligue de protection des oiseaux. "Hélas, peu importe les connaissances et l'équipement dont on dispose, attraper un oiseau en bonne santé et capable de voler relève quasiment de l'impossible."

La preuve en est : par deux fois, leur soigneuse a essayé de le capturer, en vain. Pompiers, bénévoles, bagueurs du musée des Sciences naturelles de Bruxelles : tous ont tenté leur chance, sans succès. "Cela fait trois semaines que nous tentons presque quotidiennement une approche, conseillés et entourés des meilleurs spécialistes. Mais le bougre reste trop rapide."

© Felicien Thiry

Les riverains ne baissent cependant pas les bras et continuent à visiter régulièrement le héron, en espérant qu'une intervention aboutira enfin. "Nous recevons régulièrement des plaintes comme quoi rien n'est fait, notamment à son sujet. Mais sachez que ce n'est pas parce que vous voyez encore l'animal que c'est le cas. Nous œuvrons, donnons quotidiennement et plus encore pour tenter de venir en aide à la faune sauvage en détresse", assure le photographe animalier.

Les Jettois ont ainsi contacté des associations françaises, habituées à la présence de hérons sur leur territoire. Ces dernières leur recommandent un filet spécial. "Ce n'était pas simple de le faire venir depuis la Bretagne, notamment pour des raisons financières." C'est donc un camionneur qui le prend en charge, le livrant hier au commissariat de Jette, seul endroit de la commune qu'il connaît. "On l'a récupéré assez tard hier soir. Je ne sais pas quand on retentera le coup. La vétérinaire n'est pas disponible tout le temps, il faut d'abord être sûr que quelqu'un puisse le recevoir."

© Felicien Thiry