Une rencontre a eu lieu ce matin entre le bourgmestre, le premier échevin, le président du CPAS et les syndicats.

Aujourd'hui, cela fait une semaine que le CPAS d'Ixelles a entamé son mouvement de grève. Demandant plus d'effectifs et plus de moyens pour exercer leur métier, les employés des différents services ont, peu à peu, rendu leur tablier temporairement. Depuis mardi, tout est à l'arrêt et les portes du centre sont closes.

Alors que plusieurs actions et réunions n'avaient donné aucune issue concrète aux problématiques, la réunion de ce vendredi matin semble quant à elle avoir mis tout le monde d'accord pour un moment. Cette dernière a rassemblé le bourgmestre Christos Doulkeridis (Ecolo), le premier échevin Béa Diallo (PS), le président du CPAS Hassan Chegdani (PS) et les syndicats autour d'une même table. "La réunion s'est très bien passée", se réjouit Aurélie Meunier, déléguée syndicale à la CGSP. "Des solutions concrètes ont été trouvées par le président du CPAS et la commune qui a débloqué des moyens pour nous." Ce lundi, une assemblée générale sera organisée avec tous les travailleurs. "Et le CPAS reprendra enfin ses activités normalement", assure la syndicaliste. 

De son côté le bourgmestre s'est également montré positif. "Comme annoncé, on reste solidaire et on attache de l'importance aux problématiques sociales qui ont lieu sur notre territoire. On sent que les autres niveaux de pouvoir se déchargent de certaines entités comme le CPAS et nous ne pouvons pas nous-mêmes les laisser tomber. Donc même si la commune n'a pas beaucoup de moyens, nous avons trouvé des solutions budgétaires qui permettront un recrutement qui est absolument nécessaire et aussi pour que les employés soient équipés correctement. On va progressivement rattraper le retard accumulé et le non-travail et surtout rétablir la confiance avec les travailleurs."