Bruxelles

Depuis près de 10 ans les potagers Boondael-Ernotte étaient menacés par un projet d’urbanisation du site.

Le collège de la commune d’Ixelles (Ecolo-PS) a décidé ce mardi matin d’abandonner le projet de lotissement des potagers Boondael-Ernotte initié lors de la précédente législature. La volonté du nouveau collège communal est de préserver cet espace de nature exceptionnel. Une nouvelle vision du développement de ce site sera imaginée en repartant d’une page blanche.

"La préservation des espaces verts présents sur le site constituera la base de ce projet qui sera co-construit avec les habitants dans un esprit de transition écologique", fait savoir la commune dans un communiqué.

Depuis près de 10 ans les potagers Boondael-Ernotte étaient menacés par un projet d’urbanisation du site. L’objectif était d’autoriser une importante densité de constructions et de vendre le site par lots. Le projet avait fait l’objet d’une opposition constante depuis le début de son élaboration.

L’absence de prise en compte de la dimension environnementale avait été dénoncée par les occupants du site, les "potagistes", et par de nombreux riverains et associations naturalistes qui s’inquiétaient de la disparition du dernier grand site de potagers d’Ixelles. Une première victoire dans ce dossier avait d’ailleurs été enregistrée en mai dernier lorsque le plan particulier d’affectation du sol (PPAS) avait été annulé par le Conseil d’Etat en raison de l’absence de rapport sur les incidences environnementales.

Aujourd’hui, la nouvelle majorité communale porte un coup fatal au projet. Le collège a purement et simplement décidé de renoncer au permis de lotir.

"La nouvelle majorité respecte par cette décision un de ses engagements phares", déclare le bourgmestre d’Ixelles Christos Doulkeridis (Ecolo). "On peut à présent repartir à zéro en commençant par rassembler tous les acteurs du quartier et de la commune : potagistes, riverains, associations, écoles… pour réfléchir ensemble aux opportunités qu’offre ce site naturel. Nous pouvons ainsi préserver les potagers, mais aussi rendre cette nature accessible au plus grand nombre, notamment à travers des projets pédagogiques avec les enfants tout en n’excluant pas que des projets d’habitations adaptés au quartier et aux besoins puissent également émerger."