Pour les profs, le bruit est le principal facteur de fatigue

SANTÉ PUBLIQUE Ce n’est pas pour rien que Viviane Nollet, directrice de l’école des Glycines depuis le mois de septembre, est sensible à cette question du bruit. Professeur de morale pendant de longues années, elle fut elle-même victime de problèmes de santé liés à son exposition à un environnement sonore quotidiennement perturbant.

Une déchirure d’un tympan trop sollicité peu provoquer par exemple des perturbations de l’équilibre. “On a mis beaucoup de temps à comprendre l’origine de mon problème”, confesse-t-elle.

Nadia Messaoudi, institutrice dans la fameuse classe aux balles de tennis, indique par ailleurs que le bruit “est la principale source de fatigue”, en ce qui la concerne. Un phénomène dont on ne se rend pas forcément compte facilement. “Quand je rentre chez moi, il faut absolument que je me réserve un moment de calme et de silence”, confesse-t-elle encore. “Le bruit, c’est vraiment ce qui épuise.”

Quant à Marie-Françoise Ducarme, elle insiste sur le fait que le bruit à l’école n’est pas lié uniquement à la discipline imposée ou non aux élèves. L’architecture des bâtiments scolaires, les matériaux utilisés sont d’une importance capitale et doivent justifier l’appel à un spécialiste pour toute nouvelle construction, même si cela coûte un peu plus cher.

“Il vaut mieux traiter le problème en amont”, poursuit-elle. “Car lorsqu’il s’agit de récupérer des bâtiments qui sont mal étudiés du point de vue acoustique, cela coûte encore plus cher.”



© La Dernière Heure 2009