Berchem-Sainte-Agathe est la première commune bruxelloise à opter pour cette solution.

> Cette initiative a été sélectionnée dans le cadre de notre dossier "J'aime ma commune"

Des égouts saturés qui finissent par déborder et inonder les caves avoisinantes. Voilà le triste scénario que voient se répéter de nombreux Berchermois (es) en périodes de pluies abondantes. Parmi les zones les plus touchées, le carrefour formé par la rue du Maraîcher et l’avenue du Cognassier. Situé en fond de vallée, le quartier est particulièrement vulnérable aux fortes arrivées d’eau.

Face à la récurrence du problème, temps belge oblige, les autorités communales font appel à Vivaqua pour la construction de bassins d’orage à plusieurs endroits stratégiques de la commune. La démarche fonctionne dans certains quartiers mais ne permet pas de résoudre totalement le problème. "Malgré les bassins d’orage, certains riverains étaient encore inondés", explique Joël Riguelle (cdh), bourgmestre. Il y a deux ans, le conseil communal décide alors d’opter pour une solution pour le moins originale : la création d’une nouvelle rivière urbaine.

"Travailler sur l’effet est une bonne chose mais nous voulions aussi nous attaquer à la cause du problème, comme la minéralisation des sols ou la négligence des cours d’eau naturels."

En créant un cours d’eau, la commune entend traiter l’eau directement sur la parcelle. Elle évite ainsi que l’eau ne se perde dans les égouts et lutte contre les inondations, espérant diminuer par la même occasion les traitements liés à ces inondations.

Officiellement, l’initiative se nomme "nouvelle rivière urbaine" . Dans les faits, il ne s’agira pas totalement d’une nouvelle rivière dans la mesure où l’eau n’y coulera pas en continu.

Lors des périodes sèches, la rivière devrait l’être également. En cas de fortes pluies, elle permettra en revanche d’évacuer l’eau afin qu’elle ne stagne pas dans le fond de vallée, inondant les maisons alentour.

Concrètement, la rivière accueillera l’eau de pluie dans un lit filtrant installé le long de la promenade verte, sur un peu moins de 500 mètres, l’amenant vers la rivière Molenbeek. Dans un premier temps, l’eau infiltrera la nappe phréatique, qui en a besoin. Les autorités communales et Vivaqua évalueront ensuite la situation pour déterminer s’il est nécessaire de poursuivre le lit pour qu’elle rejoigne le Molenbeek. "Avec cette initiative, on donne un signal institutionnel aux Berchemois (es). Dans le futur, on aimerait que les riverains puissent également apporter leur pierre à l’édifice." Des réunions d’information ont ainsi été menées avec les habitants du quartier. " L’idée est que les logements privés comme les logements sociaux de Comensia puissent déconnecter leur toiture pour que l’eau de pluie puisse être récupérée par la rivière plutôt que de finir dans les égouts", conclut Katia Van den Broucke (Ecolo-Groen), échevine de l’Environnement.

Dans la même série « J’aime ma commune »

- Le dossier sportif

- Le dossier festif

Avec le soutien d'AXA