Bruxelles En 2018, l’emblématique Parvis de Saint-Gilles a fait entièrement peau neuve. Il sera bientôt suivi par la place Marie-Janson, qui la jouxte et qui sera entièrement réaménagée.

> Cette initiative a été sélectionnée dans le cadre de notre dossier "J'aime ma commune"

Faire son marché, boire un verre en terrasse, assister à une messe ou encore assister à une séance de cinéma en plein air. Autant d’activités offertes par l’emblématique Parvis de Saint-Gilles, haut lieu de rassemblement à Bruxelles. Animée par ses marchés la journée et par ses nombreux cafés aux ambiances multiples le soir, cette place inspire la fête et la convivialité.

En l’espace de quelques années, cet espace s’est transformé en semi-piétonnier d’abord et en piétonnier complet ensuite, après le chantier de 2018. Dans les années 60, ce parvis était en effet un parking. Aujourd’hui, piétons, cyclistes et autres amateurs de la mobilité douce s’y croisent paisiblement. “Le Parvis étant assez minéral pour des questions pratiques, la place Marie Janson, qui la jouxte, va être entièrement réaménagée afin d’en constituer un prolongement verdurisé et créer ainsi un nouveau parc urbain, moderne, usagers faibles, le tout fait en concertation avec les habitants”, explique Lionel Rubin, porte-parole du bourgmestre Charles Picqué (PS). “Il y a donc une réelle cohérence dans le réaménagement du cœur historique de la commune, qui reste un lieu d’activités, mais préserve l’âme de village de Saint-Gilles.”

Et si ce parvis rassemble, au plus grand bonheur des Saint-Gillois, plusieurs établissements Horeca aux identités variées, la commune insiste : “Cette ambiance unique à Bruxelles doit néanmoins aussi respecter la tranquillité des riverains et habitants du quartier.”

À cet effet, un règlement communal a vu le jour en mai 2018, comprenant la fermeture des terrasses à minuit au plus tard, et à une heure au plus tard les vendredis, samedis et veilles de jours fériés. En outre, tout le mobilier doit être rangé au plus tard une demi-heure après la fermeture.

“Il faut savoir que la plupart des établissements Horeca du Parvis respectaient déjà ce règlement et que celui-ci permet surtout d’éviter les abus afin de faire respecter la tranquillité de chacun”, conclut Lionel Rubin.

Dans la même série « J’aime ma commune »

- Le dossier éco-friendly

- Le dossier sportif