C’est la Région qui financera le réaménagement de la place, aussi bien en surface qu’en sous-sol.

Si les travaux d’installation de la nouvelle ligne de tram 9, du réaménagement en surface de la place du Miroir et de la construction d’un parking sous-terrain de 199 places avaient déjà été lancés, depuis quelques mois, il subsistait pourtant encore quelques questions à trancher.

Il s’agissait pour les autorités publiques de se mettre d’accord sur le financement du réaménagement de la place et sur le type d’exploitation du futur parking (NDLR : public ou privé). Deux questions que le cabinet du ministre bruxellois de la Mobilité, Pascal Smet (SPA), a finalement tranchées.

C’est la Région qui financera le réaménagement de la place, aussi bien en surface qu’en sous-sol, pour un montant total de 10 millions d’euros. Près de 8,5 millions d’euros ont ainsi été prévus pour la construction du parking, tandis qu’une enveloppe de 1,2 million d’euros a été réservée pour le réaménagement en surface. Pour rappel, le projet prévoit notamment de piétonniser et verduriser cette place emblématique de la commune. Outre un sol recouvert de dalles en granit blanc et gris, de nombreux arbres feuillus, des jets d’eau, et des illuminations mettant en valeur chaque nuit l’église Sainte-Madeleine ont ainsi été annoncés par les autorités communales et régionales.

D’autre part, la Région semble avoir décidé de confier la gestion du parking à une société privée. Parking.brussels, l’agence de stationnement régionale, doit prochainement lancer un appel un marché public en ce sens. Il reste à l’heure actuelle une dernière inconnue dans ce dossier, mais elle est de taille : le montant des tarifs qui seront en vigueur dans le futur parking.

Si les pouvoirs publics financent la construction du parking, les travaux d’aménagement du site seront à charge de la future société exploitante. L’entreprise en question devra également s’acquitter d’une redevance d’exploitation.

Le projet de réaménagement de la place a en tout cas été approuvé sans surprise vendredi dernier, lors de la réunion de concertation. "Il n’y avait que quatre personnes dans le public et tout s’est bien passé pour ce projet. La seule préoccupation que j’ai, comme tout le monde, c’est que les travaux impactent l’activité économique. J’y serai attentif", a indiqué l’échevin de l’Urbanisme, Paul Leroy (LB).