Mounir Laarissi (CDH) souhaite passer de 400 à 200 poubelles par an.

"Le déchet attire le déchet", a-t-il déclaré à La Capitale. Alors que la tendance générale est à l'augmentation de poubelles pour plus de propreté publique, Mounir Laarissi (CDH), échevin de la propreté publique à Jette, propose une toute autre approche. L'édile souhaite passer de 400 à 200 poubelles d'ici 2024 tout en responsabilisant les citoyens de la commune. Son but ? Les accompagner vers le zéro-déchet. “Le meilleur déchet, c’est celui qu’on ne produit pas“, conclut-il.