"Cela fait plaisir de voir tous ces sourires sans le masque". Deux artistes appellent les passants et spectateurs à s'essayer à la mailloche. La mailloche c’est ce jeu de force qu'on trouve souvent sur les fêtes foraine et qui consiste à frapper très fort avec un maillet sur un levier. Plus le coup est fort, plus le curseur monte. Cette animation est proposée par le Jam'in Jette.

Ce festival jettois propose cette année une édition spéciale et décalée dans le temps. "En principe, le Jam'in Jette c'est une grosse version, rappelle le coordinateur, Olivier Vanhamme. On ne peut pas en faire depuis deux ans à cause du Covid. Cette année, on organise un événement tous les mois jusqu'à la fin de l'année avec à chaque fois, suivant les assouplissements des mesures, quelque chose de plus grand".

Samedi dans le cadre de la fête de la musique, le Jam'in jette s'est installé aux abords de la guinguette Fabiola dans le parc Roi Baudouin. A partir de 15 heures, des Djs se sont succédés sous la tente de la guinguette et à partir de 18 heures, deux artistes belges Daniel Hélin et Ozferti se sont produits sous une tente un peu plus loin dans le parc.

Le Jam'in Jette avait aussi pensé aux enfants avec plusieurs activités comme un atelier maquillage et une pêche au canard en mouvement. "Nous avons également un peu de cirque et la maillote, ajoute Oliver Vanhamme. Pouvoir organiser un tel événement et revoir le public c'est énorme. Ça fait du bien. La jauge est à 400 personnes, il y a de l'espace et pas mal de passage".

Le public de la guinguette samedi après-midi est essentiellement familial. Les enfants courent dans les allées du parc sous le regard des parents qui sirotent une bière bien fraîche comme Quentin, sa femme et leurs amis. "C'est la première fois depuis longtemps que nous sortons comme ça, avec d'autres gens, sans masque. ca fait plaisir" .

Sarai tient sa petite de 18 mois dans les bras. elles regardent les animations."Nous habitons à côté, c'est chouette, Puis revoir le Jam'in Jette en vrai ou presque, c'est quelque chose". Pour Patrice, attablé, cette journée est inespérée. "C'est la première fois depuis très longtemps. Je sors d'une période de boulot et télétravail où j'ai été confiné de confiné. On improvise. Nous avions envie de quelque chose en plein air, de voir du monde. Nous sommes servis. C'est super".

Florence, Nathalie et Albane sont trois copines attablées à la guinguette avec leurs enfants. Elles savourent l’instant. "C'est libérateur. ça fait tellement du bien de voir les visages, les sourires. On a l'impression de redécouvrir la vie. D'être en vacances. la vie reprend..."

Les Jettoises émettent quand même une petite réserve sur cet événement post-covid. "Il y a beaucoup de monde. Les gens ne portent pas le masque. On a l'impression qu'il n'y a plus rien, plus de virus. La guinguette ne fait pas de service à table alors que je crois que c'est une obligation". Un des trois amies coupe : "Après on ne va pas se plaindre, on a qu'à rester chez soi si on a peur".