Le Marché annuel de Jette a accueilli moins de visiteurs cette année.

Comme chaque lundi suivant le dernier dimanche du mois d’août, le Marché annuel de Jette s’est installé dans les rues de la commune. Animaux de la basse-cour, chevaux et moutons d’un côté; étales, kermesse et foodtrucks de l’autre : la 140e édition du Marché est restée fidèle à ses classiques.

Dans les rues pourtant, l’affluence n’avait rien de comparable avec les éditions antérieures. "C’est très calme", se désole un commerçant. "L’année dernière, les rues étaient bondées à midi." La situation est similaire pour de nombreux autres marchands, "rien n’est plus comme avant", sourit tristement l’un, "l’affluence a fort diminué", observe l’autre. Même constat de tous côtés : du monde, il y en a, mais pas beaucoup.

Le bourgmestre de la commune, Hervé Doyen (CDH), confirme cette baisse de fréquentation : "C’est vrai qu’il y a un peu moins de monde cette année. Il faut dire que le marché tombe assez tôt cette année, et la météo en a peut-être découragé certains. Et puis comme pour tous les grands événements, il y a cette crainte d’attentat."

Pourtant la commune n’a pas lésiné sur la sécurité : barrage et fouille plus ou moins systématique à chacune des 29 entrées, policiers, militaires et agents, "tout a été fait pour donner un sentiment de sécurité au public".

Comme si les obstacles n’étaient pas assez nombreux, rappelons que la place du Miroir est en travaux depuis quelques mois, un tiers de celle-ci étant ainsi fermée au public . "Les travaux en cours nous ont forcés à faire une programmation d’exception. Ce qui se trouvait habituellement sur la place a été déplacé ailleurs dans le marché", explique Hervé Doyen.

Malgré un public moins nombreux, les commerçants tout comme la commune restent positifs. "Il y a quand même une bonne ambiance, comme chaque année", relativise un vendeur. "Nous avons toujours plus de visiteurs en fin d’après-midi qu’en journée. Dimanche soir, par exemple, au feu d’artifice, le public était venu en nombre" , affirme le bourgmestre. Tout aura en tout cas été fait pour offrir aux Jettois leur traditionnel Marché annuel, compte tenu d’un contexte plutôt compliqué.