Jean-Louis Thys a été bourgmestre de Jette pendant 23 ans.

Le 5 décembre 1999, l'ancien bourgmestre de Jette Jean-Louis Thys s’en est allé. À l’occasion des vingt ans de son décès, son successeur et bourgmestre actuel Hervé Doyen (LBJette) les membres de la LBJette ont souhaité organiser un moment de commémoration et de rencontre fraternelle pour ses amis. "Cette cérémonie sera l’occasion de se remémorer celui qui fut le créateur de la Liste du bourgmestre de Jette il y a plus de quarante ans et qui reste, aujourd’hui encore, fondateur des actions, des relations, des idéaux et des projets de la Liste."

Ses amis se souviendront de l'humanité dont il était empreint et qui faisait de lui "un homme, rien qu’un homme mais surtout un homme", selon les mots d'Hervé Doyen le jour de sa mort. Député puis secrétaire d'Etat et ministre, Jean-Louis Thys a mené un travail conséquent dans plusieurs grands dossiers tant au niveau régional que fédéral. Il fut ainsi l’un des pères fondateurs de la Région bruxelloise, il joua un rôle dans l’arrivée du Parlement européen à Bruxelles. "Il fut visionnaire en matière de politique de mobilité. À l’époque du "tout à la bagnole", Jean-Louis Thys avait déjà compris l’importance de développer les transports en commun et de préserver nos espaces verts."

"À Jette, il fut l’initiateur d’options déterminantes : garantir à chaque usager sa place sur la voirie en toute sécurité, défendre la nécessité d’une offre de logements à loyers faibles et modérés, disposer de dignes infrastructures sportives et culturelles ou encore préserver et développer nos parcs. L’on se souvient qu’il s’est opposé, seul contre tous, à la construction d’une route transrégionale en lieu et place de l’actuel parc Roi Baudouin."

C'est finalement la maladie qui l'a emporté après 23 années de mayorat.