Ils dénoncent notamment la limite de 15 personnes, qui selon eux entrave la liberté de culte, et demandent qu'elle soit adaptée. Depuis un arrêt du conseil d'État de début décembre, les lieux de culte sont accessibles et l'exercice collectif du culte y est autorisé. Les rassemblements y sont toutefois limités à 15 personnes, peu importe la taille ou le nombre de pièces dans le bâtiment de culte. Les enfants jusqu'à l'âge de 12 ans accomplis et le ministre du culte ne sont pas pris en compte.

Les opposants à ces mesures jugées trop restrictives rappellent que la liberté de religion est garantie par la Constitution. Ils demandent également que la limitation du nombre de personnes au sein d'un lieu de culte tienne compte de la taille du bâtiment. Ils soulignent encore qu'il y a quelques mois, alors que la situation sanitaire n'était pas moins grave qu'actuellement, jusqu'à 200 personnes étaient admises lors d'une célébration religieuse.