L'Association belge des contribuables demande qu’à compter du 1er février prochain, les frais médicaux des personnes non-vaccinés par choix ne soient plus pris en charge par la collectivité en cas d’hospitalisation liée au Covid19. L'association a fait ses calculs : "lorsqu’un patient aboutit aux soins intensifs, les frais explosent, avec des montants moyens de 3 500 à 5 000 € par jour. Or, il n’est pas rare que certains patients puissent rester plusieurs semaines aux soins intensifs, voire plus de deux mois, en plus des mois de convalescence. Des factures pouvant dès lors monter à plus de 200 000 € par patient", estime le président de l'association Geoffroy Coomans de Brachène, par ailleurs élu MR à Bruxelles.

"Bien que notre association n’exige pas la vaccination obligatoire, elle souhaite néanmoins que ceux qui font le choix délibéré de refuser le vaccin en tirent les conclusions, y compris en cas de complications. Il leur serait possible de contracter une assurance privée complémentaire pour une éventuelle prise en charge des frais", poursuit l'association, qui prend ici exemple sur l'île de Singapour dont la mesure est en vigueur depuis un peu plus d'un mois. "Comme c’est aussi le cas dans la cité-État très urbanisée d'Asie du Sud-Est, nous proposons que les frais de ceux n’ayant pas pu être vaccinés pour raisons médicales, ou ceux des enfants de moins de 12 ans soient également pris en charge".

"Voici quelques mois, cette proposition aurait pu sembler abjecte, tenant compte de l’impossibilité pour chacun de se faire vacciner. Mais aujourd’hui, un an après les premières vaccinations à grande échelle et les résultats indéniables sur la limitation de la pandémie, il est temps que chacun prenne ses responsabilités", conclut Geoffroy Coomans de Brachène.