Après le témoignage de plusieurs dizaines de membres du personnel de la zone de police Bruxelles Nord, l'auditorat de Bruxelles a ouvert un dossier contre x pour harcèlement moral et violence au travail, annonce la RTBF. Le Comité P sera chargé de réaliser des devoirs d'enquête.

Les témoignages dénonçaient notamment un usage abusif de l'article 44, qui permet à la zone de muter des travailleurs dans un autre service. Alors que la zone assurait en début de semaine que seule une douzaine d'usages de l'article 44 étaient réalisés sans l'accord des personnes concernées, la RTBF précise que, selon un document rédigé par un membre du personnel, ce sont plus de 80 personnes qui auraient dû changer de service sans marquer leur accord.

"On ne peut que constater que des informations personnelles ont été collectées sur des membres de son personnel sur base de renseignements mensongers, incorrects ou sur base de rumeurs malveillantes ne reflétant en rien la réalité des décisions prises. À titre d’exemple, toute une série de cas personnels sont référencés comme ayant fait l’objet d’une réaffectation sur base dudit article 44 alors que ces personnes ont tout simplement postulé en interne et ont obtenu leur nouvelle affectation suite à cette procédure de mobilité interne", a réagi la zone dans un communiqué.

Pour ce qui est du dossier ouvert auprès de l'auditorat du travail, la zone indique tenir à disposition des autorités toutes les pièces des dossiers personnels des membres du personnel cités dans la liste. "La zone répondra en toute transparence à toutes les questions qui lui sont posées."

Enfin, la zone de police se dit inquiète quant à la diffusion d'informations sur la vie privée de plusieurs membres de son personnel. "Cette pratique est proprement scandaleuse et illégale. Avec l'accord du collège de police, la zone introduira une action en justice contre x."