Le palais de la Bourse ne ressemble plus en rien au visage qu’il affichait aux origines. Pour l’heure, il est un gigantesque chantier. Désossé de partout, il révèle de nombreuses surprises, cachées par les multiples rénovations. Ainsi, cet immense coffre-fort au 1er étage dont personne n’a la clé recèle-t-il quelques liasses de billets ? Ces marques sur les murs décatis du rez-de-chaussée révèlent les notes griffonnées au crayon de bois par les traders, ces traces noires sur les murs rappellent l’incendie survenu en 1960 ou, plus surprenant, ce majestueux escalier en marbre se dévoilant derrière un mur, abattu durant le chantier. "On l’appelle l’escalier fantôme. Il ne figurait pas sur les plans historiques, s’étonne Nel Vandevannet. On pense qu’il a été construit lorsque l’on a équipé la Bourse d’une salle pour les téléphonistes, au sous-sol. En faisant des recherches supplémentaires, on a retrouvé des photos qui font penser que nous sommes sur la bonne piste." Cet escalier fantôme ne sera pas restauré ni même offert à la vue du public. Le mur sera reconstruit.