Glenn Audenaert est suspecté d'avoir été rémunéré pour user de son influence dans le déménagement de la police fédérale vers l'ancienne Cité administrative de l'État à Bruxelles, qui était dans le giron du magnat de l'immobilier néerlandais Frank Zweegers.

Après une enquête judiciaire de 10 ans, le procureur a tranché qu'il y avait bien eu des faits de corruption. M. Aude­naert aurait contribué à ce que ce bâtiment soit choisi. L'enquête a aussi mis au jour des transferts d'argent vers le compte en banque de M. Aude­naert. Ce dernier a justifié que les sommes étaient un "prêt" reçu de M. Zweegers, qui lui-même a nié.

Dans sa demande finale, l'accusation va demander au tribunal de renvoyer M. Audenaert devant le tribunal pénal, ainsi que deux autres personnes qui ont joué un rôle plus modeste dans du blanchiment d'argent présumé.

Joris De Smet, avocat de l'ancien directeur de la PJF de Bruxelles, n'a pas souhaité commenter mardi. Jeudi, l'affaire sera adressée par la chambre des mises en accusation de Gand pour vérifier les méthodes d'enquête spéciales utilisées dans cette affaire. Après cela, l'affaire passera devant la chambre du conseil, qui décidera si Audenaert et les autres personnes seront mis en accusation. La date de l'audience n'est pas encore connue.