Ce dimanche, les habitants de Linkebeek se rendront aux urnes… avec des pieds de plomb !

Ambiance particulière ces dernières semaines dans la petite commune à facilités de Linkebeek, au sud de Bruxelles, plongée dans une campagne électorale peu banale. Ces élections anticipées font suite à la démission des 13 conseillers communaux de la majorité (sur 15), en guise de protestation contre la nomination par le gouvernement flamand du conseiller flamand de l’opposition Eric De Bruycker (Prolink) propulsé à la tête de cette commune composée de 80 % de francophones.

Prolink a décidé de ne pas déposer de liste "pour une question de principe" et appelle les Linkebeekois à voter blanc "car ces élections n’apporteront aucune solution à l’impasse dans laquelle nous sommes".

Les habitants sont, quant à eux, lassés de ces querelles linguistiques. "Espérons que ces élections mettent enfin un terme à cet interminable carrousel politique", clame Jean, habitant de la commune depuis 27 ans.

DéFI (ex-FDF) n’a pas déposé de liste non plus, au contraire du parti La Droite emmené par Pascal Collet. Le petit parti n’a présenté que quatre candidats, faute de temps suffisant. "Cette campagne électorale est particulière car nous avons eu un petit mois pour nous faire connaître. Mais je ressens tout de même un soutien d’une partie de la population, des deux côtés linguistiques", explique Pascal Collet, qui a distribué, avec son équipe, des tracts dans les boîtes aux lettres des habitants.

Une mission presque impossible pour ce nouveau venu sur la scène politique, tant le soutien de la population envers Damien Thiéry semble indéfectible. Mais certains riverains déplorent cependant l’entêtement dont fait preuve le libéral.

"À la base, il n’a pas respecté la circulaire Peeters, qui imposait l’envoi des convocations électorales d’abord en néerlandais. S’il avait fait ça dans les règles de l’art, on n’en serait pas là", explique une habitante. "De plus, lorsque l’échevin Yves Ghequière a été proposé au poste de bourgmestre par la Région flamande, je trouve que la proposition aurait dû être acceptée car ils sont sur la même liste et défendent les mêmes idées. Cela aurait en tout cas apaisé la situation."

Si le résultat de ces élections ne fait pas l’ombre d’un doute, puisqu’il est fort probable que la liste de Damien Thiéry recueille à nouveau la majorité absolue, le risque de voir perdurer le carrousel politique est bien réel. En effet, la ministre Homans a clairement fait savoir qu’il était juridiquement impossible que Damien Thiéry soit nommé pour cette législature.


Damien Thiéry,  ex-bourgmestre faisant fonction (MR):  "L’avis du conseil d’État a été respecté"

"Le dernier arrêt du conseil d’État affirme que si la population fait la demande de recevoir la convocation électorale en français avant que la première convocation en néerlandais ne soit envoyée, la commune peut directement l’envoyer en français. Nous avons eu une énorme demande de la population dans ce sens. Donc sur environ 2.700 votants, plus de 500 convocations ont directement été envoyées en français à la demande des citoyens. Le point positif est que nous avons conscientisé les habitants que sur base d’une simple demande à l’administration communale, et grâce au dernier arrêt du Conseil d’État, les gens peuvent recevoir leur courrier en français, que ce soit les convocations, les taxes de circulations, etc. C’est déjà une victoire en soi. Concernant l’issue des élections, j’ai entendu Liesbeth Homans dire que je ne serai jamais nommé dans cette législature mais c’est un procès d’intention de dire ça, et j’ignore la base juridique sur laquelle elle s’appuie."


Que pensez-vous de ces élections anticipées ?

Anne-Marie,  61 ans, mère au foyer

"J’en ai marre de l’attitude mesquine de Liesbeth Homans, tout ça pour un bout de papier ! Où est la démocratie ? Je suis confiante à l’approche des élections et je pense que la majorité va rester au pouvoir." 

Guido,  66 ans, automécanicien

"Je suis néerlandophone et tout le monde s’entend bien dans cette commune, mais je compte voter blanc car nous sommes ici en territoire flamand donc le bourgmestre doit se conformer à la législation en vigueur. Mais cette situation est pénible." 

Sylvia,  68 ans, fonctionnaire

"J’espère que la situation va revenir à la normale après les élections. Damien Thiéry aurait dû respecter la circulaire Peeters, il s’est trouvé dans l’illégalité, mais tout ce que nous demandons aujourd’hui, c’est la paix communautaire !" 

Eric,  54 ans, ouvrier peintre

"Je suis lassé de cette querelle linguistique qui dure depuis 2006. La ministre aurait pu laisser Damien Thiéry en poste jusqu’en 2018 et je pense que ces élections ne vont rien changer puisque les 13 conseillers communaux seront de toute façon réélus." 

Michel,  77 ans, pédiatre

"Je resterai fidèle à mes opinions et je voterai pour la liste du bourgmestre de Damien Thiéry. Il faut bien faire comprendre à la ministre Homans qu’il est incontournable dans cette commune et que la population continue à la soutenir."