Par cette action symbolique, la Ville entend exprimer son soutien à la Décennie pour la restauration des écosystèmes lancée par les Nations Unies à travers le monde, en collaboration avec le programme des Nations Unies pour l'environnement (UNEP) et l'Organisation des Nations Unies pour l'alimentation et l'agriculture (FAO).

"S'inscrire dans la Décennie des Nations Unies pour la restauration des écosystèmes permet à la Ville de Bruxelles de rappeler sa préoccupation sérieuse pour la question du dérèglement climatique", a déclaré l'échevin du Climat Benoit Hellings. "Ce sont nos actions, chaque jour, qui permettront de le ralentir et de préserver la planète". Philippe Close, le bourgmestre de la Ville de Bruxelles, a ajouté que "malgré le fait que nous savons qu'il est important de prendre soin de notre écosystème, nous avons encore beaucoup d'efforts à fournir. La Ville de Bruxelles a, en tant que capitale de la Belgique, et surtout de 500 millions d'Européens un rôle pionnier à jouer dans cette sensibilisation".

"Avec plus de 50% de la population mondiale habitant en zone urbaine, les villes jouent un rôle déterminant pour mener des actions et revitaliser leur écosystème urbain", a encore remarqué Veronika Hunt Safrankova, directrice du bureau bruxellois de l'UNEP. "Le temps de l'action et de faire la paix avec la nature, c'est maintenant".