Bruxelles

"Une faute grave du collège !" Ciblant des "dysfonctionnements" frappant deux crèches communales (Reine Elisabeth et Damla), l’Écolo Ahmed Mouhssin n’a pas fait dans la dentelle, hier. Il est vrai qu’en dépit de constats, en mars, de l’ONE, l’équipe d’Emir Kir (PS) n’aurait pas pris les choses en main.

L’encadrement et l’état même de "délabrement" de la Reine Elisabeth - soit 60 places logées au 17, rue de l’Abondance - a incité des parents à déposer plainte auprès et de l’entité, et de l’Office de la naissance et de l’enfance. "Les 19 et 29 mars 2013", relève le député et conseiller communal, "la conseillère pédagogique de l’ONE a été interpellée par le caractère d’urgence et la gravité de la situation, notamment en ce qui concerne l’infrastructure et les difficultés rencontrées par la personnel de la crèche". Des considérations générales qui débouchent sur une sanction, limpide : "la plupart des besoins de sécurité physique et psychique des enfants ne sont plus traités de manière adéquate"...

S’en suit une description, "alarmante", de locaux sérieusement dégradés, "d’anomalies graves" dans les sections Coccinelles, Titis ou Chatons de la plus grande des trois crèches communales de Saint-Josse - radiateur non-protégé, poubelle non-réglementaire, carrelages muraux manquants, chauffage ou au maximum ou coupé, "lits instables", etc.

Face à cette gestion, dixit l’ONE encore, "non-professionnel- le" et, plus globalement, l’impossibilité, déjà manifestée, d’une prochaine attestation de qualité, le maïeur s’était fermement engagé : des mesures urgentes seraient prises. Las ! "Le 20 septembre", reprend Ahmed Mouhssin, une nouvelle visite stigmatise : l’encadrement est resté "très négatif" en une crèche en sous-effectif.

Et l’élu vert de condamner, hier soir, en séance publique, le "laxisme du bourgmestre" d’une localité où la crèche Damla, elle (36 au 179, rue Potagère), était occupée à 46 % en octobre. L’ONE fixe le taux d’occupation minimum à 80 %.