Bruxelles

Six communes bruxelloises ont déjà mis des Oliobox à disposition.

René Coppens (Open VLD), député bruxellois, veut plus d’OlioBox dans l’espace public. Les OlioBoxes sont des conteneurs destinés à collecter les huiles de friture ménagères. Six communes bruxelloises mettent de telles collecteurs à disposition pour le moment, il s'agit de Jette, Etterbeek, Uccle, Forest, Saint-Josse et Watermael-Boitsfort. Coppens veut que d’autres administrations communales en fassent de même.

Malgré les efforts des administrations, des organisations environnementales et des recycleurs, une grande partie des huiles de friture usagées est toujours éliminée sans respect pour la nature. Les huiles et graisses sont aujourd’hui encore trop souvent abandonnées dans les bulles à verre voire même versées à l’égout. "Une telle forme de pollution est évidemment nocive à l’environnement et néfaste pour la propreté publique", explique René Coppens.

La demande de plus nombreux points de collecte pour les huiles de friture usagées est plus grande que l’offre actuelle. Le placement d’OlioBox, où les huiles et graisses sont récoltées et recyclées, vise à y faire face. "Ces OlioBoxes sont facile à placer, sautent aux yeux grâce à leur couleur rouge, sont propres et efficace à l’utilisation. Elles se trouvent plus proche des habitations que le parc à conteneurs", dit Coppens. "Elles respectent en plus la nature et sont une source d’énergie verte."

Il ressort d’une réponse à une question parlementaire du député bruxellois que 50 OlioBoxes sont présentes aujourd’hui à Bruxelles : 19 dans des supermarchés et 31 sur le domaine des communes. Il y en a pour le moment 19 à Jette, 16 à Etterbeek, 4 à Uccle, 3 à Forest (21 seront ajoutées bientôt), 6 à Watermael-Boitsfort (phase de test) et 1 à Saint-Josse. Ixelles, la Ville de Bruxelles, Auderghem et Evere ont montré leur intérêt. 

René Coppens espère que les autres autorités locales bruxelloises suivront l’exemple de ces communes.