La basilique de Koekelberg rassemble aujourd’hui en moyenne 200 personnes lors de la messe du week-end. Avant le coronavirus, les fidèles qui se rassemblaient étaient parfois plus de 1 000. Le diacre de la basilique, dans la volonté de promouvoir le magnifique endroit, met de temps à autres le sublime bâtiment à disposition pour effectuer des événements uniques. 

Après des collaborations fructueuses lors des précédentes années, le Brussels Philharmonic fait son retour dans la basilique ce vendredi 25 septembre, à 18h30 et à 21h. Deux concerts uniques auront lieu devant 150 spectateurs et retranscriront l’histoire biblique de la mort de Jésus. Ainsi, l’orchestre transformera la cinquième plus grande église du monde en un décor intimiste qui ne manquera pas de susciter l’émotion du public.

"La basilique de Koekelberg permettra au Brussels Philharmonic de raconter l’une des histoires les plus importantes de la Bible dans un contexte contemporain. L’expérience que nous allons offrir au public est unique. L’impact de la musique est renforcé dans ce cadre somptueux. Nous allons créer dans cet endroit un moment dans lequel les gens pourront laisser aller leurs émotions liées à la période difficile que nous vivons ces derniers mois à cause du coronavirus", explique Gunther Broucke, intendant du Brussels Philharmonic.

"Depuis des mois, nous sommes submergés par les statistiques sur le nombre de morts et de malades liés au covid-19. Mais derrière ces chiffres se cache une question sans réponse: comment surmonter la mort, la douleur et la peine ? L’invitation musicale de Haydn à la méditation nous permettra de réfléchir et de nous mettre sur la voie", ajoute Johan Leysen, acteur.

Frissons garantis

Le Brussels Philharmonic renversera la disposition classique des musiciens, du chef d’orchestre et du public lors du concert Die sieben letzten Worte dans la basilique de Koekelberg ce vendredi. Une partie des musiciens jouera entre le public et le chef d’orchestre. Le personnel de salle sera vêtu de capes, parfaitement dans l’esprit de l’œuvre. Les lanternes disposées dans le public éclaireront l’église. Une référence à la chapelle sombre pour laquelle Haydn a composé cette œuvre.

L’acteur Johan Leysen interprétera le rôle de Jésus. La collaboration avec Leysen est une première pour l’orchestre bruxellois. L’acteur du NTGent, connu pour ses rôles dans divers films et séries belges, exprimera les derniers mots de Jésus pendant le concert. Le photographe Stef Van Alsenoy projettera des images et vidéos d’ambiance en noir et blanc sur de grands écrans. Le chef d’orchestre sera le flamboyant Français Hervé Niquet qui collabore depuis des années avec le Brussels Philharmonic et connaît le répertoire baroque comme sa poche. Ensemble, ils créeront un moment d’émotions dans la basilique.