"Le port du masque est obligatoire dans les transports en commun" ; " Het dragen van een mondmasker is verplicht in het openbaar vervoer" : cette annonce bilingue est bien connue de tout Bruxellois empruntant régulièrement le réseau de la STIB en ces temps de pandémie. Pourtant, elle ne sera bientôt plus diffusée qu'en néerlandais à certains endroits.

En effet, selon les informations de la VRT et de HLN, la STIB travaille actuellement sur un système permettant d'adapter les annonces dans ses véhicules dès que la frontière régionale est franchie. Autrement dit, les messages seront toujours diffusés dans les deux langues dans la région de Bruxelles-Capitale, mais uniquement en néerlandais lorsque le véhicule se trouvera sur le territoire flamand.

"Cela doit changer"

La SNCB et De Lijn ont déjà adopté ce système depuis plusieurs années. Par exemple, dès qu'un train quitte Bruxelles et commence à circuler sur le territoire flamand, le chef de bord n'annonce plus les arrêts en français, mais seulement en néerlandais. La société de transport bruxelloise veut désormais préconiser la même politique, si l'on en croit une question de la députée Inez De Coninck (N-VA) adressée à la ministre flamande de la Mobilité, Lydia Peeters (Open Vld), et relayée par plusieurs médias flamands.

"Nous ne voulons pas que des bus bilingues circulent en Flandre", déclare la nationaliste flamande dans cette question. "Ce que De Lijn a fait, la STIB devrait pouvoir le faire aussi. La société de transport bruxelloise possède plusieurs lignes avec des arrêts en Flandre et, à l'heure actuelle, les annonces dans les bus sont toujours bilingues, même sur le territoire flamand", déplore encore la députée. "Cela doit changer", martèle-t-elle.

"La Belgique est un pays multilingue"

La question, qui relance le débat linguistique dans la périphérie bruxelloise, est loin de faire l'unanimité dans les rangs politiques flamands. Kristof Calvo (Groen) a réagi amèrement à cette proposition, ce dimanche. "La Belgique est un pays multilingue. Nous devrions chérir cela", a-t-il indiqué sur Twitter. "D'une certaine manière, c'est tout à l'honneur de la STIB de se pencher sur cette question. Mais il serait préférable de généraliser le multilinguisme au lieu de tenter désespérément de maintenir le monolinguisme", a-t-il fustigé. 


Une déclaration qui n'a pas manqué de faire réagir Inez de Coninck (N-VA). "La périphérie bruxelloise est et restera flamande, cher Kristof Calvo", a-t-elle tweeté dimanche soir.