C'est la RTBF qui nous apprend cette information. Olivier Convens, le bibliothécaire responsable de l'établissement explique avec fierté son raisonnement à nos confrères. "On s’est rendu compte qu’avec le covid les bibliothèques étaient considérées comme un service essentiel. Donc c’était important que le public puisse profiter de ce service au maximum. Il y a à la fois l’aspect symbolique de la mesure car la lecture est un élément essentiel dans la vie de tous les jours. Mais à Bruxelles, le prix reste malgré tout un frein pour une partie de la population. On voyait bien d’ailleurs que certains essayaient d’esquiver en passant par les enfants pour prendre des livres adultes, etc. Il y avait donc une réelle utilité à ouvrir au maximum la gratuité"

Selon l'échevin de la culture l’échevin de la culture Mounir Laarissi (cdH), l'investissement n'est pas immense et en vaut la peine. "A Jette, on a un public de plus en plus jeune. Il y a beaucoup de familles avec des enfants en bas âge. On a aussi une commune très cosmopolite avec des publics de milieux très différents. On essaie donc de commander en fonction pour attirer tous ces publics et pour que tout le monde puisse s’y retrouver dans notre bibliothèque"

Niveau amendes de retard, par contre, pas de cadeau ! Elles restent dues dans le but que chacun puisse profiter des livres. BiblioJette n'est cependant pas la seule bibliothèque gratuite de la Région Bruxelloise, Saint-Josse et Koekelberg ont déjà adopté cette mesure.