Le projet de réaménagement de la chaussée, présenté ce mercredi par Pascal Smet (SPA), prévoit des travaux en trois phases.

Le projet de réaménagement et de semi-piétonnisation de la chaussée d’Ixelles suit son cours. Ce lundi, les commerçants ont découvert, en primeur, le projet porté par la Région bruxelloise, en collaboration avec la commune d’Ixelles. Le lendemain, ce sont les riverains qui ont eu droit à une réunion d’information.

D’après les documents fournis par le cabinet du ministre bruxellois de la Mobilité, Pascal Smet (SPA), le projet prévoit la subdivision de la chaussée d’Ixelles en trois zones. La première zone s’étend de la Porte de Namur jusqu’au croisement de la chaussée d’Ixelles avec la rue du Prince Royal. Cette zone prévoit un large espace libre, où le bus peut facilement circuler et avec beaucoup de place pour les piétons et les cyclistes.

La deuxième zone, qui s’étend de la rue du Prince Royal jusqu’au croisement avec la rue Souveraine, doit devenir un mélange de commerces, d’écoles, de culture et d’horeca. Quant à la troisième zone, la place Fernand Cocq, elle servira d’espace multifonctionnel et se concentrera sur la détente avec, notamment, l’installation de terrasses.

Pour rappel, à partir de mars 2018, la circulation automobile sera restreinte dans la chaussée d’Ixelles. La circulation de transit sera donc exclue du lundi au samedi entre 7h et 19h. L’axe sera donc réservé aux promeneurs, cyclistes, taxis et bus. "Ce projet va offrir une nouvelle jeunesse au cœur d’Ixelles. Nous réalisons un pas en avant vers la mutation de notre Région vers une city for people . Il va, en effet, renforcer la qualité de vie et la mobilité et permettre une meilleure fréquence et régularité du bus 71, la plus importante ligne de bus de la Région", s’est félicité Pascal Smet.

Le début des travaux des impétrants devrait démarrer dans le courant du mois de mai. "On ne sait pas encore si ceux-ci démarreront par la première ou la deuxième zone car il y a d’autres travaux à prendre en compte", indique la bourgmestre Dominique Dufourny (MR). En attendant, le projet sera soumis à l’enquête publique de ce lundi 13 février au 14 mars prochain.