Un an de retard ! La rénovation en profondeur du 44, avenue De Fré prendra 12 mois de plus. Pour ne rouvrir qu’en septembre 2014, ont appris les élus locaux, le 27 juin, lors de l’ultime séance publique d’avant les grandes vacances.

À l’origine , la Ferme Rose, site culturel classé dont les traces initiales nous ramènent à 1367, s’accommodait de 18 mois de chantier (300 jours ouvrables), portés par un million d’euros (voir DH du 22 août 2011). Las ! Des fouilles des Monuments et sites en décidèrent autrement…

"Elle repose sur de la terre !", note Marc Cools (MR), l’échevin de l’Urbanisme qui supplée Jonathan Biermann, le libéral en congé des Travaux publics. "Aussi a-t-il fallu créer des fondations, relier les murs porteurs aux murs extérieurs pour stabiliser le bâti." Il semble, en sus, qu’un mur se soit carrément effondré.

Chaque mandataire, qu’il émane de l’opposition ou de la majorité, déplorera la révision du timing. Tout en concédant que la faute incombe à pas de chance. "Je regrette bien évidemment ce retard", déclare Thibaud Wyngaard, chef de groupe Écolo. "C’est surtout dommage pour les petites expositions et les réservations privées que la Ferme Rose permet. Ce sont des rentrées en moins pour la commune…"

À l’inverse, tandis que le théâtre de marionnettes Le Ratinet conserve son implantation temporaire rue de Linkebeek, les soucis techniques auront une répercussion sur la facture uccloise : "Des dizaines de milliers d’euros", évalue l’échevin.

Mais à ce tarif, l’écrin qu’avant le XIXe l’on appelait ‘t Hof ten Hove, retrouvera tout son éclat : "Pour éviter la corrosion de la brique, l’on posera un badigeon". Rose, telle que la Ferme s’illustrait jadis. "La dernière rénovation datait d’avant 40-45." Et Marc Cools d’oser un pronostic rassurant pour l’ex-manoir : "On espère repartir pour un siècle…"