Le secrétaire d'Etat bruxellois s'est livré à une interview auprès du réalisateur du documentaire "Ceci n'est pas un lion"

Dans une interview accordée au réalisateur québécois du documentaire "Ceci n'est pas un lion", le secrétaire d'Etat bruxellois Pascal Smet explique pourquoi, selon lui, les nationalistes flamands n'aiment pas Bruxelles et sa périphérie très francophone. Extraits :

"Les nationalistes flamands détestent Bruxelles car c'est urbain, c'est grand, y'a beaucoup d'immigrés, on y parle beaucoup de langues. Mais ils savent très bien que la Flandre indépendante sans Bruxelles ne va pas fonctionner. C'est une relation amour-haine. Ils sont liés à Bruxelles contre leur gré. Ils savent que si la Belgique cesse d'exister, Bruxelles va être un problème. Tout le développement économique du Brabant flamand est lié à Bruxelles et quand ça va mal à Bruxelles, ça va mal en Flandre."

"Ils ont du mal à cultiver l'atout de Bruxelles car pour eux c'est une ville francophone. Ici ce n'est pas la campagne. Il n'y a pas une seule église, il y en a plusieurs. Or les nationalistes aiment la simplification, les choses simples. Dès le moment où cela se complique, cela ne leur plaît pas."