A la Ville, la majorité est le miroir de celle de la Région. Le débat au sujet de la motion a ressorti tous les ingrédients de celui en cours en Région bruxelloise en fonction de la position des uns et des autres sur l'échiquier politique. Dans l'opposition, MR, PTB et N-VA ont voté contre; le cdH s'est abstenu. La motion adoptée par la majorité du conseil communal soutient explicitement le gouvernement de la Région bruxelloise dans sa démarche de réformer la fiscalité automobile en passant d'une tarification à la possession à une tarification à l'usage.

Elle lui demande de garantir que sa réforme n'ait pas d'impact social négatif, conformément à l'engagement pris dans la déclaration de politique générale régionale et de poursuivre ses efforts pour améliorer de façon considérable les investissements dans les alternatives à la voiture et plus particulièrement dans les transports en commun (métro, tram, bus), dans les modes actifs, ainsi qu'aux aménagements de l'espace public.

Il est également demandé au gouvernement Vervoort d'avoir une attention particulière à l'impact économique de la réforme; de poursuivre le dialogue avec les partenaires sociaux; et, à partir du projet voté au gouvernement bruxellois comme base de discussion, de poursuivre "la concertation active, positive et constructive avec les entités fédérées en vue d'obtenir un accord sur une tarification kilométrique applicable à l'ensemble de la zone métropolitaine ou l'ensemble du territoire national".

Dernier souhait adressé au gouvernement régional: porter attention, lors de cette concertation, à un modèle de calcul de la tarification "affiné et le plus équitable possible".