Bruxelles

On a beau tendre l’oreille : aucune voix pour soutenir le projet de Grouwels

BRUXELLES C’est certain : la saga de l’avenue du Port n’est pas prête de s’essouffler ! Alors que le chantier de rénovation – les opposants disent bétonnage – de la voirie est reporté au 5 septembre (au lieu du 16 août), pour des raisons “pratiques”, le bras de fer entre la ministre Brigitte Grouwels (CD&V) et les opposants au projet continue de plus belle.

Un homme de télé et radio vient, d’ailleurs, de gonfler leurs rangs. Jacques Mercier a, en effet, signé leur pétition (affichant un peu plus de 4.500 signatures), soutenant ainsi publiquement la mobilisation des comités de quartier Marie-Christine/Reine/Stéphanie contre ce projet. “Presque tout le monde est contre (pour le patrimoine, pour la nature, pour le coût - 12 millions d’euros pour 1,3 km de voirie, alors que tout le monde fait des économies ? -, pour le quartier, etc.)”, écrit-il sur son blog.

Presque ? Il est, en effet, quasi impossible d’entendre une voix favorable au projet, même si beaucoup de riverains jugent qu’il faut, effectivement, rendre plus praticable cette voirie bien mal en point. Même les entreprises du zoning ont un avis tranché sur la question.

“Ce projet, tel qu’il est présenté, n’a aucun sens. Mettre sur pied une voie rapide alors qu’il y a des sorties de zoning, cela pourrait s’avérer très dangereux”, note ce responsable de la société Cornet&Co.

Ce dernier s’inscrit dans les revendications du comité de quartier, à savoir l’abandon de ce projet avec le maintien des arbres, des pavés centenaires, “et leur redressement dans les règles de l’art”, en créant de l’emploi local. Ils demandent aussi l’aménagement d’une piste cyclable au détriment de la circulation automobile.

La ministre, elle, persiste et signe. “Je ne changerai rien au projet de rénovation de l’avenue du Port”, avait-elle déclaré au milieu du mois de juillet au parlement bruxellois. Seule contre tous dans ce dossier qui a pris une tournure politique, Brigitte Grouwels continuera-t-elle à s’entêter ?



© La Dernière Heure 2011